Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 17:52

Mardi, j'ai entrepris la visite du quartier des musées. Situé sur le Ring, il fait face au palais impérial et se compose de plusieurs corps de batiments d'époque diverses, formant un lieu d'attraction culturelle très animé. Il occupe la place des anciennes écuries de la Cour.

Vienne-fevrier-2012-083.JPG

Vienne-fevrier-2012-086.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le musée Léopold abrite la plus vaste collection d'oeuvres d'Egon Schiele au monde. Il était le chef de fil du courant de l'Expressionnisme autrichien. On peut notamment admirer  Coucher de soleil (1913) et de nombreux autoportraits et portraits. Sont exposés différents tableaux représentant la sexualité, des paysages, des vues de villes et de maisons.

la-mort-et-la-vie.jpg

Egon_Schiele_-_Leopold_Museum-_Vienna._-House_with_Shingles.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le musée expose également des oeuvres de Gustav Klimt, notamment La mort et la vie en très grand format.  Klimt considérait cette toile comme son oeuvre figurative la plus importante. Elle a pour thème la destinée humaine et a reçu, en 1911, le 1er prix de l'Exposition internationale d'Art de Rome.  Un groupe de personnes endormies symbolise l'humanité. L'amour, représenté sous les traits d'un homme et d'une femme enlacés en bas à droite, évoque l'amour "en tant que refuge, consolation", comme l'analyse Eva di Stefano, enseignante en histoire de l'art contemporain à la faculté de Lettres et de Philosophie de l'université de Palerme. Elle est l'auteur d'essais et de monographies sur l'art européen entre le XIXe et le XXe siècle. A gauche, la mort les observe et le fond vert du tableau les sépare. Le vert, symbole de la régénération spirituelle et de l'espérance est à certains endroits teinté de jaune, comme la couleur des eaux mortes. Ce tableau m'a beaucoup touché. Le musée abrite également des oeuvres de Oskar Kokoschka, peintre expressionniste autrichien,(1886-1980), élève de Gustav Klimt et d'artistes autrichiens contemporains.

Sur la Maria-Theresien Platz, deux immenses batiments symétriques et identiques abritent les collections du Musée d'Histoire naturelle et du Musée des beaux Arts. Au centre de la place, se trouve la statue de Marie-Thérèse, qui tient à la main la Pragmatique sanction, cet édit de l'empereur Charles VI, son père, par lequel elle put devenir héritière du trône et du territoire des Hasbourg.

Vienne-fevrier-2012-279.JPG

Vienne-fevrier-2012-313.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Le Musée des Beaux Arts (1891), que j'ai visité,  est un édifice magistral. Il fait face au Musée d'histoire naturelle. A l'intérieur, la cage d'escalier est décorée de fresques superbes des plus grands maitres autrichiens de l'époque. Des échafaudages installés à l'occasion des 150 ans de Klimt,  permettaient d'admirer les figures peintes par Gustav Klimt, notamment l'Egypte. A l'étage, le café du Musée m'a permis de faire une pause tout en profitant de la vue imprenable sur le musée d'histoire naturelle. Le musée des Beaux Arts est très grand. Il abrite la  plus importante collection de peinture du monde, une collection d'art egyptien, une collection d'oeuvres d'art grec et étrusque, un cabinet de médailles, une collection de portraits d'Ambras. La galerie de peinture regroupe de nombreux tableaux de maîtres italiens du 15ème, 16ème, 17ème et 18ème siècles (Titien, Véronèse, Tintoret), de peintres flamands du 17ème siècle (Peter Paul Rubens, Antoine van Dyck) et de primitifs flamands (Jan van Eyck, Rogier van der Weyden), l'ancienne peinture allemande (Albrecht Dürer, Lucas Cranach), des peintures espagnoles, françaises et anglaises (Velasquez, Nicolas Poussin, Thomas Gainsborough).. On découvre des peintures de Peter Bruegel, Raffael, Rembrandt, van Eyck, Dürer, Rubens, Vermeer...des oeuvres remarquables, La Tour de Babel, Chasseurs dans la neige, L'atelier du peintre, ...Les oeuvres sont réparties dans 7 salles et 13 cabinets. Certaines salles étaient fermées cette semaine et non des moindres. Les tableaux de Bruegel, et d'Archimboldo notamment n'étaient pas exposés, ce que j'ai beaucoup regretté. Le musée possède en effet la plus grande collection de peintures de Bruegel l'Ancien au monde.

Vienne-fevrier-2012-341.JPG

Vienne-fevrier-2012-288.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vienne-fevrier-2012-356.JPG

Vienne-fevrier-2012-290.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour accueillir la collection égyptienne, les salles du Musée ont été aménagées en style égyptien. Les plafonds sont voutés avec des tonnelles peintes, les salles sont ornées de colonnes de granit rose d'Assouan, les murs ont été recouverts de peintures d'une tombe de souverain qui décrivent les scènes de la vie quotidienne. 12.000 objets datant d'une période de près de 4500 ans, de la préhistoire égyptienne  (autour de 4000/3500 avant JC) jusqu'à l'époque paléochrétienne y sont exposés. Ils évoquent quatre grands domaines: le culte de la mort, la vie quotidienne, les beaux-arts et le développement de l'écriture. On y découvre un certain nombre de sarcophages, des momies humaines et animales, des stèles funéraires, des statues de dieux, des articles de toilette, des sculptures.

La collection des Antiquités couvre une période de plus de trois millénaires, de la poterie de l'âge du bronze de Chypre,  au début du Moyen Age. Elle réunit des amphores, des statues, des reliefs, des bustes, des céramiques, de la verrerie, des camées...le cabinet d'Art  réunit des collections d'objets d'art des Hasbourg, qui remontent au Moyen Age, oeuvres d'orfevrerie,  pierres taillées, objets d'art en ivoire, en bronze...

Vienne-fevrier-2012-329.JPG

Vienne-fevrier-2012-331.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vienne-fevrier-2012-334.JPG

Vienne-fevrier-2012-333.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Musées-expositions
commenter cet article
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 08:39

Lundi, jour de fermeture des musées, j'ai entrepris de visiter le centre de Vienne, notamment  le palais impérial de Hofburg, situé à proximité du quartier des musées.  Il abrite le plus prestigieux trésor impérial du monde et le musée Sissi, l'école d'équitation et la bibliothèque nationale d'Autriche, la résidence officielle du Président de la République. J'ai découvert les appartements impériaux et la collection d'argenterie et de porcelaines. Il a servi de palais impérial jusqu'en 1918. 

Vienne-fevrier-2012-136.JPG

Vienne-fevrier-2012-373.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vienne-fevrier-2012-361.JPG

Vienne-fevrier-2012-362.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vienne-fevrier-2012-359.JPG

Vienne-fevrier-2012-357.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C'est un ensemble architectural gigantesque et curieux qui a subi de nombreuses extensions au cours des siècles. Il s'étend sur 240.000 m2. Le noyau primitif dont il ne reste rien date du XIIIème siècle. C'était à l'origine un chateau fortifié.  Il fut agrandi en 1533, au moment du transfert de l'administration centrale des Etats de Prague à Vienne. On accède à la partie ancienne du palais par la Michaelerplatz, dont la façade a été aménagée au XVIIIème siècle. Le portail est surmonté d'un dôme vert très élégant, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Dans la cour intérieure, construite en 1545, se trouve le monument de l'empereur François I. L'aile Amélie (ligne du centre, à droite), fut ajoutée au XVIème siècle. C'était la résidence de veuvage de l'impératrice Amélie, femme de Joseph Ier. Elle fut habitée par Elisabeth et je l'ai visitée dans le cadre de la visite des appartements impériaux. L'aile Léopoldine, à gauche, fut ajoutée au XVIIème siècle ; elle fut habitée par Marie-Thérèse au XVIIIème siècle et elle est la résidence officielle du président fédéral autrichien depuis 1946. L'aile de la chancellerie impériale, (ligne du centre, à gauche), abritait les buraux administratifs du Saint Empire germanique avant d'être converties, à partir de 1806, en logements pour la famille impériale. La bibliothèque impériale (à droite) fut achevée en 1735, sous l'empereur Charles VI. Elle est située sur la Heldenplatz

Vienne-fevrier-2012-369.JPG

Vienne-fevrier-2012-113.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cour des suisses est la partie la plus ancienne. Elle ouvre sur une autre cour où se trouve la chapelle du palais et le trésor impérial, provenant du trésor artistique fondé par l'empereur Ferdinand I en 1553 et enrichie au fil des années. Le trésor comprend un trésor sacré et un trésor séculier, la couronne impériale, les bijoux de Marie Thérèse, les trésor de l'Ordre de la Toison d'or (habits, chaines), des robes de cérémonies, le berceau du roi de Rome...Le musée était fermé pour entretien ce jour là et toute la semaine. Le prolongement fortuit de mon séjour m'a permis de m'y rendre le samedi ce que je n'ai pas regretté car c'est  je crois, l'une des expositions les plus brillantes de Vienne.

Vienne-fevrier-2012-887.JPG

Vienne-fevrier-2012-897.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le musée Sissi retrace la vie privée d'Elisabeth, son aversion pour le cérémoniel de la Cour, son goût pour la poésie, la beauté. Il présente des vetements et des objets ayant appartenu à l'impératrice, considérée comme la plus belle souveraine d'Europe, assassinée en 1898. Des tableaux la représentent enfant, des portraits l'ayant fait connaitre au grand public sont exposés. Ils datent de ses fiancailles avec François-Joseph en 1853, puis de son règne. On y trouve aussi des bustes, des répliques de robes de bal et de couronnement, des éventails, des parasols, des nécessaires de toilette et des bijoux, qui  retracent sa vie et son destin tragique. Les appartements impériaux sont absolument somptueux. Les murs sont revétus de tableaux, de portraits et photographies historiques.  Appartements, salles d'attente et d'audience, vestiaire des uniformes, cabinets de travail, chambres à coucher, salle de gymnastique, salons, cabinets de toilette, salles de réception, salle à manger...permettent de mieux appréhender le style de vie de la Cour. Rouge, blanc et or dominent. Les sols sont recouverts de tapis d'orient de toute beauté. La collection d'argenterie et de porcelaines de la Cour regroupent de très nombreuses  pièces de patisserie, en cuivre et en étain, de verres, d'argenterie, de linge de table en provenance des Pays-Bas, de Saxe, d'Autriche, de porcelaine, d'ornements de table, qui pourtant ne représentent qu'une infime partie de l'équipement impérial. Les services de porcelaine de la table des Hasbourg, sont d'inspiration diverses, romantique gothique, marine, asiatique, blanc-or,

Vienne-fevrier-2012-147.JPG

Vienne-fevrier-2012-151.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vienne-fevrier-2012-152.JPG

Vienne-fevrier-2012-158.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'argenterie de la Cour de Vienne continue à être utilisée dans les banquets officiels. Charles Alexandre de Lorraine, frère de François Ier réunit une prestigieuse collection de vaisselle comprenant des pièces de porcelaine chinoise et japonaise exécutées au XVIIIème siècle. Une salle entière est dédiée à leur exposition.

Je vous recommande vivement les articles et les photos qu'escargotine partage sur son blog ici,  ici aussi,  et encore là.

Vienne-fevrier-2012-239.JPG

Vienne-fevrier-2012-252.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enfin je n'ai pas résisté au plaisir de revenir de nuit après un concert classique donné au PalaisAuersperg par le Wiener Residenzorchester, en costume historique, accompagné de chanteurs d'opéra et d'un couple de danseurs évoluant sur des mélodies de Mozart et de Strauss.

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Musées-expositions
commenter cet article
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 16:22

Aujourd'hui, j'ai visité le salon du chocolat, avec ma fille, Porte de Versailles. Nous y avons rencontré de nombreux chocolatiers, exposant leurs créations parfois inédites et surprenantes. Nous avons pu aussi assister à des spectacles de danse brésilienne et à des démonstrations de cuisine par des chefs patissiers. Les stands sont nombreux et variés. Des dragées sont exposées à coté de la guimauve, du nougat, des pâtes de fruits, des fruits confis, des chocolats fourrés, blanc, au lait, noir, au noisettes, aux noix de pécan, à la pistache, aux raisins ...des sculptures, des fontaines, des créations originales...

saint-germain-en-laye-et-salon-du-chocolat-24-octo-copie-2.JPG

 

salon-du-chocolat-003.jpg

salon-du-chocolat-001.jpg

 

 

 

 

 

 

 

salon-du-chocolat-002.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

salon-du-chocolat-005.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ces sculptures sont étonnantes, remarquables comme cet arc de triomphe ou cette série de mannequins. Tout est en chocolat, les robes sont magnifiques, colorées, plissées,  travaillées. C'est un vrai défilé de robes en chocolat.

 

salon-du-chocolat-006.jpg

salon-du-chocolat-007.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A coté des exposants belges et français les plus renommés, j'ai remarqué ce stand de loukoums  rutilants, étincelants et cet exposant de miniardides japonnaises,qui présente des sushis sucrés, qui sont du du meilleur effet.

salon-du-chocolat-009.jpg

salon-du-chocolat-010.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  salon-du-chocolat-012.jpgsalon-du-chocolat-011.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai beaucoup aimé ces compositions florales en dragées chocolatées, de toutes les couleurs, présentées comme un stand de fleuriste. Un stand d'épices très complet proposaient des extraits originaux.

salon-du-chocolat-013.jpg

salon-du-chocolat-014.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons pu participer à un atelier de patisserie animé par un chef patissier qui nous a fait gouter un gâteau d'anniversairé réalisé en quelques minutes sous nos yeux à base de génoise, de mousse au chocolat et de croquant composé de crêpes dentelles et de chocolat fondu puis réfrigéré. Le gâteau nappé d'un glaçage au chocolat et au caramel était décoré d'un parchemin de pâte d'amandes. 200 parts ont pu être dégustées à la fin de la démonstration par les participants présents sur le stand.

salon-du-chocolat-015.jpg

salon-du-chocolat-019.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour ceux qui souhaiteraient coucher là, un lit à baldaquin en chocolat est exposé près de la sortie. Nous avons rapporté du chocolat bien sûr et des fruits confis, des ananas, des papayes, des cerises, et des mangues. Le salon du chocolat se tenait Porte de Versailles du jeudi 20 octobre au lundi 24 octobre 2011.

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Musées-expositions
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 16:41

Dimanche 25 septembre, je suis allée visiter les jardins du chateau Saint Jean de Beauregard, sur invitation d'Isa-Marie, du blog Grelinette et cassolette, qui tenait là un stand à l'occasion de la Fête des plantes et que je remercie. J'ai bien regretté de ne pas la rencontrer, elle était absente lorsque je suis venue. Je suis fidèle à son blog depuis ses premiers temps,  et j'étais ravie de cette rencontre. J'ai donc été déçue bien sûr mais le cadre de cette visite offerte m'a réellement enchantée. Une belle occasion que je n'ai pas regrettée.  J'ai passé un très agréable moment, parmi les exposants de plantes et de légumes "d'hier et d'aujourd'hui".  J'y ai fait quelques achats pour mon balcon, des bulbes de tulipes rouges et des iris "extase" d'une très belle harmonie de couleur rose et violet dont j'attends beaucoup au printemps prochain.

 

J'y suis allée pour visiter le domaine, ancienne propriété de Pierre Paul Riquet, et j'ai découvert des jardins magnifiques, théâtre d'une exposition vente de légumes et de fleurs. Le domaine de Saint Jean de Beauregard comprend  un très beau château du XVIIème siècle, que l'on peut visiter le dimanche, un potager fleuri et un verger. Les jardins ont été récemment restaurés par les actuels propriétaires, descendants du célèbre réalisateur du canal du midi. Le principe de ce canal remontait à l'Antiquité mais ce projet n'a abouti qu'au XVIIème siècle, sous Louis XIV. Il relie la Garonne et donc l'Océan Atlantique à la Méditerrannée. Pour de plus amples informations sur cette personnalité et ce chef d'oeuvre historique, c'est ici

chateau-st-jean-de-beauregard-008.jpgchateau-st-jean-de-beauregard-015.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une visite guidée était organisée. Ce jardin artistique est un véritable ravissement, une palette de couleurs qui peut faire penser aux jardins de Monet. C'est un jardin géométrique coupé en 4 carrés eux mêmes coupés en 4. Sur les côtés, des murs agrémentés de buissons taillés, protègent du vent les cultures et les fleurs. 

chateau-st-jean-de-beauregard-006.jpg

chateau st jean de beauregard 024

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une allée d'iris mène au centre du potager, le rond d'eau, planté de plantes diverses, des sauges, des jacinthes, des tulipes. De grands dalhias structurent les allées.

chateau-st-jean-de-beauregard-007.jpg

chateau-st-jean-de-beauregard-004.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le jardin contient aussi des plantes aromatiques et médicinales.  Des serres froide et chaude permettent d'effectuer les semis. Le jardinier avait coupé quelques fleurs de dahlias pour l'occasion. Elles étaient présentées dans plusieurs vasques de récupération d'eau installées à différents endroits dans les jardins.

chateau-st-jean-de-beauregard-009.jpg

 

chateau-st-jean-de-beauregard-019.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le verger est planté de narcisses, pruniers, coignassiers, pommiers, nefles et autre groseillers, citronniers, arbres à kiwi...des espèces souvent méconnues, surprenantes, diverses et variées. La visite réserve aussi une jolie surprise, la chambre à conservation du raisin qui permettait d'en manger à Noël.

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Musées-expositions
commenter cet article
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 19:12

Aujourd'hui, journée du patrimoine, je suis allée visiter le Château de Maisons-Laffitte. Ce château a été construit en 1636 à la demande du Marquis de Maisons,  René de Longueil (1586-1677). Il appartenait à l'une des plus anciennes familles du Parlement de Paris dont il sera lui-même président à mortier. C'était une fonction très élevée dans la hiérarchie judiciaire. René de Longueil espérait ainsi être bien vu de Louis XIII qu'il voulait inviter chez lui. En 1645, René de Longueil était gouverneur des Châteaux de Versailles, de Saint-Germain et et d'Evreux. En 1650, Longueil devient Surintendant des Finances avant d'être relevé de cette fonction en 1651 par Mazarin.

maisons-laffitte-et-versailles-septembre-2011-006.JPG

L'architecte François Mansart a réalisé ce château sur les terres que la famille Longueil possédait depuis 1450 à Maisons-sur-Seine, terres sur lesquelles vivaient des pêcheurs depuis le VIème siècle. René de Longueil acquit tous les terrains et bâtiments disponibles dans les environs et agrandit son domaine. Le château de Maisons, construit entre 1642 et 1651, fut inauguré en 1651 par une fête offerte à Anne d'Autriche et son fils Louis XIV alors âgé de 12 ans. Le château resta la propriété des Longueil jusqu'en 1777, date à laquelle le comte d'Artois, frère de Louis XVI et futur Charles X l'acquit.  Le Comte d'Artois entreprit aussi des travaux de restauration et de décoration qu'il confia à l'architecte Bellanger. Après la Révolution, le château devint la propriété du citoyen Lanchère le 2 décembre 1797, puis du Maréchal Lannes, compagnon d'armes de napoléon Ier et de Jacques Laffitte, banquier, un homme très riche, député de la Seine, opposant à Charles X, confronté à partir de 1830 à de graves difficultés financières. Il vendit une partie importante de sa propriété après l'avoir divisé en parcelles de terrain.

maisons-laffitte-et-versailles-septembre-2011-007.JPGmaisons-laffitte-et-versailles-septembre-2011-008.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le vestibule est situé au centre du château. Doté de huit colonnes doriques, c'est un chef d'oeuvre de sculptures. Des groupes mythologiques symbolisent les quatre éléments Jupiter (le feu), Junon (l'air), Neptune (l'eau) et Cybèle (la Terre). Aux quatre coins, des aigles figurent les armes de Longueil. Ce sont des aigles à long oeil.

maisons-laffitte-et-versailles-septembre-2011-010.JPG

maisons-laffitte-et-versailles-septembre-2011-011.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le grand escalier est surmonté d'une coupole. Des sculptures d'enfants symbolisent la musique et le chant, les sciences et les arts, la paix et la guerre, l'amour et l'hymen. Au premier étage se trouve l'appartement du Roi. A droite, le salon d'Hercule est de style baroque, en trompe l'oeil. La grande Galerie est une des plus belles pièces du château. Une cheminée du XVIIème siècle est décorée d'un tableau de Louis XIV, copie de l'oeuvre de Hyacinthe Rigaud. Surmontée de la tribune des musiciens, C'est une salle des fêtes ou de concert. Les murs sont recouverts de boiseries et ornés de tapisseries du XVIII ème siècle exécutées à la manufacture des Gobelins représentant les chasses de Maximilien. La salle ouvre au fond par une grande arcade sur l'antichambre ou "salon d'Hercule".

maisons-laffitte-et-versailles-septembre-2011-014.JPG

maisons-laffitte-et-versailles-septembre-2011-018.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chambre du roi ne servait qu'à recevoir le roi. Le parquet est d'origine. C'est un parquet à compartiments. Le cabinet aux miroirs est un ensemble de miroirs surmontés d'une coupole peinte par Michel Corneille. Sur les murs, des lambris et un parquet de mosaïque en marqueterie de bois, d'os et d'étain. C'était une pièce circulaire destinée au Roi. Les initiales R et M rappellent René de Longueil et Madeleine de Boulenc de Crèvecoeur.

maisons-laffitte-et-versailles-septembre-2011-020.JPG

maisons laffitte et versailles septembre 2011 022

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La chambre du Maréchal Lannes, à droite est de style Empire. Au centre de la pièce se trouve une table de jeu en marqueterie de loupe d'orme. Il s'agit de l'ancien appartement de la Reine que le Maréchal Lannes a fait réaménager lorsqu'il a acquis le château en 1804. Dans cet appartement se trouve également une petite chambre meublée dans le style du XIXème siècle réunissant différents objets et souvenirs de Jacques Laffitte.

maisons-laffitte-et-versailles-septembre-2011-027.JPG

maisons-laffitte-et-versailles-septembre-2011-035.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

maisons-laffitte-et-versailles-septembre-2011-031.JPG

maisons-laffitte-et-versailles-septembre-2011-032-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En haut, à gauche, la salle de jeu. La chambre d'apparat de René de Longueil dite aussi salon des captifs possède une cheminée monumentale. Elle a été conçue par le sculpteur Gilles Guérin en hommage à Louis XIII. Un médaillon à l'effigie de Louis XIII est plaçé au centre de la partie supérieure. Il est soutenu par deux prisonniers symbolisant les victoires remportées par Louis XIII pendant la guerre de trente ans. Au milieu se trouve un bas relief qui représente le triomphe de Louis XIII sur un char. La plaque de fonte de la cheminée présente les armes des Longueil. Le salon des captifs est orné de peintures, dont le paysage en cascade de Hubert Robert (1779) et la baie de Naples avec le Vésuve en éruption de Pierre-Jacques Antoine Volaire (1774).

 

Pour en savoir plus sur le château et son histoire, c'est ici

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Musées-expositions
commenter cet article
4 septembre 2011 7 04 /09 /septembre /2011 13:16

A l'occasion de l'exposition La Collection Clark à Giverny, de Manet à Renoir - Musée des impressionnismes à Giverny 12 juillet - 31 octobre 2011 , je suis allée visiter la maison et les jardins de Claude Monet. Le peintre y a vécu quarante-trois ans, de 1883 à 1926. Au rez de chaussée se trouvent notamment le premier atelier Monet,  devenu par la suite un salon avec des sièges en rotin de style anglais et des  toiles du peintre aux murs, la salle à manger avec ses murs jaunes recouverts d'estampes japonaises, la cuisine aux carreaux bleu de Rouen. Au premier étage se trouve la chambre de Monet et ses larges fenêtres d'où l'on peut admirer les jardins.

 

gyverny-019.JPG

En face de la maison, une grande allée mène au portail. Elle est dominée par des arceaux métalliques. Les jardins sont une véritable oeuvre d'art, un tableau vivant. De chaque côté, les massifs se succèdent tels une palette de couleur. Un pont japonais vert mène au jardin d'eau et aux nymphéas, les nénuphars du jardin.

gyverny-026.JPG

gyverny-029.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous recommande de regarder l'excellent documentaire sur Clause Monet diffusé sur france 2, le mardi 3 septembre 2011 qui est très complet. Tourné au printemps, il offre des vues magnifiques sur les jardins et apporte de nombreux éclairages sur la vie et le parcours du peintre.  Il est présenté par Stephan Bern dans Secrets d'histoire.

Allez aussi visiter le blog d'Ariane spécialisé sur Giverny et le blog d'Isa-Marie,  qui présente un livre de Brigitte et Philippe Perdereau sur Giverny et les jardins de Claude Monet.

gyverny-010.JPG

gyverny-002.JPG

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Musées-expositions
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 19:03

Franz Liszt

 

 

clarkaffiche.jpgJe me suis rendue aujourd'hui à l'exposition du Musée des impressionnismes à Giverny, organisée par le Sterling et Francine Clark Art Institute. Elle rassemble 73 peintures européennes du XIXème siècle de la collection Clark.

 

L'exposition présente des oeuvres de Camille Corot (1796-1875) dont Le chateau Saint Ange, Rome (1835-1840), Louise Hardouin (1831), La route au bord de l'eau (1865-1870) avec sa lumière douce et son ambiance paisible. Les baigneuses des Iles Borromées (1865-1870), est caractéristique de ses souvenirs tardifs imprégnés de rêves.

 

Sont également présentées une oeuvre de Jean-François Millet (1814-1875) La Bergère : les plaines de Barbizon (avant 1862), une oeuvre de Constant Troyon (1810-1865), Le troupeau d'oies. L'artiste était peintre de paysages et d'animaux et pouvait terminer un tableau par jour.

 

L' oeuvre de Théodore Rousseau, (1812-1867) La ferme dans les landes, (1844-1867), montre le sud-ouest de la France. De grands chênes dominent une ferme ensoleillée, au bout d'un chemin de terre. L'artiste a travaillé vingt ans sur ce tableau.  L'oeuvre de Johan Barthold Jonkind (1819-1891), Frégates (1852-1853), révèle un tracés précis des détails et des gréements, caractéristique des marines de cette époque. L'oeuvre d'Eugène Boudin (1824-1898) Trouville, la rentrée des barques (1894) dépeint la mer et les bateaux. Au centre du tableau se trouve un voilier, suivi par d'autres. A droite, un bateau à vapeur brave les vagues furieuses. Les nuages menacent.

la-ferme-dans-les-landes.jpg

La ferme dans les Landes, Théodore Rousseau

 

Plusieurs oeuvres de Claude Monet (1840-1926) sont exposées : Marine:  tempête (1866-1867) est d'une tonalité très sombre, le ciel est chargé d'ombres, le bateau semble en péril sur des des eaux agitées. Rue à Sainte-Adresse, (1867) représente une rue descendante et des habitants du village,des murs de pierre et des toits en ardoise, l'église et son clocher. Un arbre immense encadre la scène. Les oies dans le ruisseau (1874) est une scène automnale dominée par les orangers et les jaunes des feuillages qui se reflètent dans les ondulations de l'eau. L'ambiance intime et retirée est typique des tableaux de Monet. Les falaises à Etretat (1885) : reflètent la lumière du matin d'un jour de beau temps qui met en valeur le sommet de l'aiguille de pierre. Les ombres et les reflets dans l'eau sont omniprésents. Le site est vu depuis une petite plage du sud ouest des rochers. A Sassenheim près de Haarlem, champ de tulipe (1886)  est l'un des cinq tableaux que Monet a consacré à ses champs de tulipes. Les couleurs sont intenses, les nuances sont vives. Printemps à Giverny (1890) dépeint une ligne d'arbres et un champ figuré par une bande continue de couleurs tachetées. Une maison est suggérée dans le lointain. Les couleurs claires sont splendides.

750px-Claude_Monet_The_Cliffs_at_Etretat.jpgLes falaises à Etretat, Claude Monet

 

L'exposition présente aussi un tableau de Gustave Caillebotte (1848-1894) impressionniste urbain : La Seine à Argenteuil (1892) et quatre tableaux d'Alfred Sisley (1839-1899) : La Tamise à Hampton Court, (1874), Pommes et raisins dans un panier (1880-1881), Les bords de la Seine à By (1880-1881), Le Loing et les moulins de Moret - effet de Neige (1891).Ce tableau représente le Loing près de la ville de Moret dans le froid.

Camille Pissaro ( 1830-1903) est largement exposé. La route de Versailles à Louveciennes (1870), représente une route bordée d'arbres et de maisons. Un paysan marche à coté de sa charrette. La route, effet de pluie (1870),a également été peint à Louveciennes. La route humide capte des reflets colorés. L'Oise aux environs de Pontoise, (1873), dépeint une usine et ses cheminées dont les fumées rejoignent le ciel et se fondent discrètement aux nuages. La Maison de Piette à Montfoucault (1874), a été réalisée au cours de l'hiver qui suit la première exposition impressionniste en 1874. La toile est couverte des blancs et des gris bleus des paysages d'hiver. Elle a été réalisée en plein air.

pissaro-saint-charles-eragny.JPEG

Saint Charles Eragny, Camille Pissaro

 

Saint Charles Eragny (1891) est une oeuvre pointilliste, une des plus belles toiles de l'exposition. L'artiste a utilisé une gamme de traits, de petites touches et de coups de pinceau orientés qui créent comme un tissage. Le port de Rouen, déchargement du bois (1898) fait partie des nombreuses scènes urbaines de Pissaro. Le Louvre vu du Pont Neuf met en valeur l'ancien Palais royal. Les couleurs sont tendres.C'est une oeuvre splendide.

Une oeuvre d'Honoré Daumier (1808-1879) est également exposée : Amateurs d'Estampes, portrait de quatre connaisseurs plongés dans l'examen d'un feillet que tient le personnage central. L'oeuvre de Mary cassat : Offrant le panal au torero, est l'un des quatres grands tableaux peints par l'artiste à Séville. Il représente un entretien galant entre un torero et une jeune femme qui lui offre un verre d'eau pour qu'il y trempe un rayon de miel au retour de l'arène. Deux oeuvres d' Edouard Manet (1832-1883) sont exposées. Intérieur à Arcachon (1871) et Roses mousseuses dans un vase (1882), peint vers la fin de sa vie. Le vase est imposant et  la lumières'y reflète. Les fleurs semblent fichées dans le goulot, sans prétention, de manière désinvolte.

manet_rose_vase_2.jpg

Roses mousseuses dans un vase, Edouard Manet

 

Une oeuvre d'Henri Fantin Latour (1836-1904), Roses de toutes les couleurs (1885) est également exposée.L'oeuvre de Carolus Durand (1837-1917) Mon jardinier (1893) représente un ouvrier, vétu d'un pardessus froissé. Trois oeuvres d'Edgar Degas, (1834-1917) Autoportrait (1857-1858), Portrait d'un homme (1877), Danseuses au foyer (1880) et Avant la course (1882)sont également exposées.

degas-avant-la-course.jpg

Avant la course, Edgard Degas

 

De magnifiques toiles de Jean Léon Gérôme (1824-1904) d'inspiration classique sont exposées : Marché d'esclaves (1866), Femmes fellah puisant de l'eau (1870 ou 1875) et surtout Charmeur de serpent (1879)Un piton est enroulé sur le corps d'un garçon nu. Un homme à droite est assis et joue de la flute. En face du jeune homme, des spectateurs assistent au spectacle du piton, adossés à un mur de mosaïques en arches. C'est une icône de l'imagerie orientaliste. Les couleurs sont splendides.

Gerome_charmeur-de-serpents.jpg

Charmeur de serpents, Jean-Léon Gérôme

 

Le tableau de William Bouguereau (1825-1905) Nu assis (1884), côtoie ceux d'Alfred Stevens (1823-1906) Duchesse en robe bleue (1866) et Souvenirs et regrets. Deux tableaux de Giovani Boldini (1842-1931) En traversant la rue (1873-1875) et Jeune femme faisant du crochet (1875) sont exposés. Un tableau de James Tissot, (1836-1902) Chrysantème (1874-1876) donne une image de la vie domestique d'une femme contemporaine du peintre.

l-ingenue-renoir.JPEG

L'Ingénue, Auguste Renoir

 

De nombreux tableaux d'Auguste Renoir (1841-1919) sont exposés. Un Autoportrait (1875), L'ingénue (1874). Sur ce tableau, le vert domine. Une jeune fille à la chevelure blonde peinte dans une large gamme de nuances, porte une écharpe bleu. Il s'agit d'Henriette Henriot. La douceur de son visage et de ses gestes est remarquable. Portrait de Madame Monet (1874) représente la première épouse de Claude Monet assise dans un divan confortable et coloré. Elle lit un livre. Elle porte un caftan bleu, orné de nombreux motifs. Jeune femme au crochet (1875) représente une jeune femme assise qui fixe son attention sur son ouvrage. Ses cheveux sont longs et blonds dorés ; sa chemise a glissé sur son épaule. Il s'agit de Nini Lopez. Le Pont de Chatou (1875), a été peint du restaurant Fournaise. Les couleurs sont vives, les bleus et les jaunes sont intenses. Père Fournaise (1875) représente Alphonse Fournaise, propriétaire d'un restaurant et d'une affaire de location de bateaux sur une île de la seine à Chatou, une bière devant lui et une pipe à la bouche. Femme à l'éventail (1879) représente Jeanne Samary coiffée d'un chapeau à la mode,  tenant un éventail japonais devant un bouquet de chrysanthèmes et un papier peint rayé.

l-enfant-a-l-oiseau-renoir.jpg

L'enfant à l'oiseau, Auguste Renoir

 

Portrait de Thérèse Bérard ( 1879) représente la nièce d'un banquier, agée de 16 ans, ses longs cheveux tombent sur ses épaules. Elle baisse les yeux et porte une robe bleu et blanc avec un col en dentelle. Jeune fille endormie (1880) représente Angèle, une jeune fille du quartier de Montmartre, endormie dans un fauteuil rouge, vétue d'une robe bleue avec des bas à rayures, un chapeau à plumes. Est également exposé Une loge au Théâtre (1880),qui a servi à l'affiche de l'exposition.

 

Renoir-jeune-fille-endormie.jpg

 

Jeune fille endormie, Auguste Renoir

 

Pivoines (1880) est un somptueux bouquet de fleurs rouge et rose éclatant qui se détachent sur un bleu profond de l'arrière plan. Coucher de soleil (1879 ou 1881) est une scène athmosphérique pleine d'effets de lumière spéctaculaires, Le Palais des Doges à Venise, (1881) est un tableau précis représentant les détails du palais et ses façades de couleur crème se détachant des bleus du ciel. Au premier plan, des gondoles animent le tableau. La Baie de Naples, le soir (1881) représente le Vésuve. D'autres tableaux de Renoir sont exposés : Oignons (1881), Baigneuse blonde (1881), L'enfant à l'oiseau (1882), représentant Melle Fleury, vétue d'un costume algérien, dans le décor d'une maison arabe et tenant un oiseau.  Marie-Thérèse Durand Ruel cousant (1882), Pommes dans un compotier (1883), La lettre (1895-1900),et un second Autoportrait (1899).

Renoir-Pivoines.jpg

Pivoines, Auguste Renoir

 

Deux tableaux de Berthes Morisot (1841-1895), Dahlias et Le bain (1885-1886), sont exposés. Isabelle Lambert, 17 ans, a posé à plusieurs reprises pour Berthe Morisot. On la voit ici en chemise blanche, attachant ses cheveux avec un ruban noir, sa brosse à cheveux sur les genoux. Elle a du rouge sur les lèvres et les joues. Deux tableaux de Toulouse Lautrec (1864-1901) font également partie de cette exposition : Carmen (1884) et L'attente (1888). Il s'agit de Carmen Gaudin, que Toulouse Lautrec rencontra sur l'avenue de Clichy et qu'il choisit comme modèle de douze tableaux. Un tableau de Pierre Bonnard (1867-1947) Femmes au chien, côtoie un tableau de Paul Gauguin (1848-1903) Jeune chrétienne (1894) peint lors d'un séjour en Bretagne, à Pont Aven. Le personnage porte une robe jaune vif et un chapeau noir. La culture tropicale dont paul Gauguin s'est imprégné en Polynésie a une influence significative sur sa peinture.

Carmen-Toulouse-Lautrec.jpg

Carmen, Toulouse Lautrec

 

L'exposition est proposée au musée des impressionnismes de Giverny, du 13 juillet au 31 octobre 2011 ; Elle sera  au CaixaForum de Barcelone  du 18 novembre au 12 février 2012. puis au Kimbell Art Museum de Fort Worth au Texas du 4 mars au 17 juin 2012, à la Royal Academy of Arts de Londres du 7 juillet au 23 septembre 2012 ; et au musée des Beaux-Arts de Montréal, du 8 octobre au 20 janvier 2013. La tournée se poursuivra au Japon et en Chine en 2013.

 

Bonne visite

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Musées-expositions
commenter cet article
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 16:08

catalogue

Présentation de l'éditeur

 

Cet ouvrage est consacré à un ensemble extraordinaire de peintures françaises extrait de la remarquable collection de tableaux européens du Sterling and Francine Clark Art Institute, de Williamstown, Massachusetts. Publié à l'occasion d'une exposition itinérante de l'essentiel du fonds impressionniste de l'institut, les Chefs-d'oeuvre de la peinture française du Sterling and Francine Clark Art Institute proposent plus de soixante-dix tableaux européens du XIXe siècle parmi les plus significatifs de la collection : chefs-d'oeuvre de Monet, Pissarro, Sisley, Morisot, Manet, Degas, Renoir et Gauguin, oeuvres fondatrices de Corot et de Millet, tableaux académiques d'artistes comme Gérôme et Bouguereau. Deux essais, rédigés par des spécialistes de l'art européen du XIXe siècle, sont illustrés par des images d'archives et des oeuvres d'autres artistes de la collection Clark : Dürer, Piero della Francesca, Rodin et Sargent. James A Ganz propose une biographie succincte de Sterling Clark, amateur autodidacte et héritier de la fortune des machines à coudre Singer, qui, avec son épouse, Francine, a réuni l'une des plus belles collections privées des États-Unis. Richard R Brettell présente les Clark dans le contexte plus large des collectionneurs du début du XXe siècle, comme Albert Barnes, Henry Clay Frick et Duncan Phillips. Ces textes sont suivis, pour chaque tableau de l'exposition, de notices et de reproductions. Remarquablement illustré et documenté, ce livre, qui nous mène des paysages évocateurs de l'école de Barbizon aux expérimentations audacieuses du post-impressionnisme, est une contribution significative à l'étude de l'originalité et de la diversité de la peinture du XIXe siècle.

 

En quelques mots

 

Le Sterling and Francine Clark Art Institute, crée en 1955,  est un musée et un centre de recherche et d'études dans le domaine des arts plastiques, renommé pour ses collections et ses expositions originales. Il détient de nombreux tableaux impresionnistes dont 30 Auguste Renoir. Sterling Clark, explorateur professionnel, éleveur de chevaux et amateur d'art a formé son goût en visitant les galeries, en assistant à des ventes et en développant des relations avec des marchands d'art. L'exposition "la collection Clark à Giverny, de Manet à Renoir", présente une sélection de chefs d'oeuvre de la collection du Clark. Les peintures de Manet, Degas, Monet, Pissaro, Sisley et Renoir cotoient ceux de Bouguereau, Gérôme ou Alfred Stevens.

 

Robert Sterling Clark, (1877-1856) issu d'un milieu fortuné, héritier du constructeur Singer, fut élevé à New York, vécu en Europe et voyagea dans le monde entier. A Paris, il rencontra sa femme Francine Clary, comédienne et  fille d'un tailleur parisien l'épousa en 1919. Toute sa vie, il a collectionné des chefs-d'oeuvre, aidé dans ses choix par sa femme.

 

En 1910, Clark acquit un hôtel particulier. Son salon devint la vitrine privée d'une sélection d'oeuvres. Avec ses acquisitions, il prit place dans le cercle fermé des colllectionneurs multimillionaires. Il développa sa collection jusqu'en 1914. Il acquit des Renoir. En 1917, il rejoignit l'armée et servit comme officier de liaison entre les Américains et les forces françaises. A 42 ans, il s'établit à New york. Il acheta des parcelles agricoles et se consacra à sa passion des chevaux, reprit ses activités de collectionneur et exporta certaines de ses acquisitions à Paris tout en restant anonyme. Il rompit toutes relations avec son frère et décida de tester en faveur du Petit Palais. Il se spécialisa dans l'achat de tableaux impressionnistes et la peinture du XIXème siècle.. Il créa des écuries de course en Normandie et en Virginie. Il multiplia ses achats de tableaux entre 1930 et 1940. Il devint l'un des plus grands collectionneurs privés de l'oeuvre de Renoir. L'approche de la guerre le contraignit à sortir sa collection de Paris. Ses tableaux furent expédiés par bateau vers un entrepôt de Montréal et à Denver. Robert Sterling Clark et sa femme quittèrent Paris pour New-York. Sterling Clark modifia son testament et laissa la totalité de sa collection à la ville de Richmond en Virginie. il exposa sa collection d'argenterie au bénéfice d'organisations de secours anglaises et françaises. Il pensa à  fonder un musée à New-York et rédigea un nouveau testament qui prévoyait la création d'une institution à but non lucratif en 1946. Les Clark retournèrent en France pour la première fois depuis 7 ans. Les acquisitions diminuèrent mais leur qualité etait plus élevée que jamais. Sterling Clark engagea les travaux de réalisation de son musée à proximité du Williams collège, une université d’histoire de l’art, à la frontière du Massachussetts et du Vermont, en Nouvelle Angleterre puis déplaça sa collection. Le musée fut  inauguré le 17 mai 1955. L'exposition fut complétée en 1956 par une grande galerie impressionniste juste avant le décés de Sterling Clark. Francine Clark continua à siéger au musée jusqu'en 1960.

 

Durant les dix premières années de sa vie, il a préféré les Maïtres anciens et recherché leurs oeuvres à Paris et à Londres. Il s' est intéressé par la suite à la peinture américaine. Il a acheté son premier Renoir en 1916. Il a amassé également des gravures et des dessins européens et américains depuis la Renaissance jusqu'au début du XXème siècle. Sterling Clark réunit aussi une collection de joaillerie d'argent anglaises et américaines et une bibliothèque de livres rares. Les oeuvres exposées au musée sont de petite taille et présentées par affinités.

 

Le catalogue présente les différentes oeuvres exposées. Une photo de chaque tableau est commentée.La première partie consacrée à la vie des Clark et à leur héritage esthétique est très illustrée. C'est certainement un livre à garder, en complément de l'exposition.

 

 

Editions : Skira, 2011, 224 p.

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Musées-expositions
commenter cet article
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 23:40




 

 

 

portrait-de-felix-pissarro-1881.jpg

Camille Pissaro réalise le "Portrait de Félix "  en 1881, pendant la "Période de Pontoise" (1872 -1884) marqué par l'influence de l'art de Cézanne. C'est pendant cette période aussi  que le groupe des impressionnistes se disperse . 

 

Plus d'informations sur Camille Pissaro

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Musées-expositions
commenter cet article
27 août 2011 6 27 /08 /août /2011 14:21

Pierre-auguste-renoir-the-onions-1881.jpg

 

  Plus d'informations sur Auguste Renoir

003.JPG

Epreuve d'artiste, Pierre Skira

A  Bénédicte, l'amitié de Pierre

 

 

 

 

Renoir a peint cette"vie remarquable"  à Naples, en  Italie. A partir de ces objets banals - un groupe d'oignons jaunes et un couple de bouquets d'ail placé sur une table - Renoir a créé une composition dynamique. De rapides coups de pinceaux parallèles  figurent les peaux des oignons 'papyracées et la riche atmosphère qui les entoure. Disposés sur un torchon blanc froissé à bordure rouge et bleu, les oignons sont à la fois simples et essentiels. Les nuances sont douces. Les oignons ont probablement  été la peinture de l'artiste que  préférait Sterling Clark .


A ne pas manquer actuellement

La Collection Clark à Giverny, de Manet à Renoir

12 juillet - 31 octobre 2011

 

Le Sterling et Francine Clark Art Institute organise à travers l’Europe une grande exposition itinérante. Celle-ci rassemble près de 70 œuvres parmi les plus belles pièces de sa collection de peintures européennes du XIXe siècle.

Plus d'informations


Repost 0
Published by Bénédicte - dans Musées-expositions
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Bénédicte
  • Le blog de Bénédicte
  • : Principalement des lectures, de la littérature, des poèmes mais aussi des recettes testées en famille, des récits de voyages, des visites de musées, des spectacles...
  • Contact

Des liens utiles

babelio.GIF

partage-lecture.png

logobob01.jpg

Dicoblog.gif

ulike-logo.jpg

07 chronique de la rentree litteraire

logo livraddict

 

Recherche

Prochainement

tolstoi.gif

Les challenges

AnneeRussie2011

Une année en Russie - édition 2011

 

challenge-Jules-Verne

Challenge Jules Verne

juste2

Challenge juste pour lire

demois10

Les demoiselles de Lettres

defi_Afrika_Choupynette-copie-1.jpg

Le défi Afrika

Matildacopie1-copie-1

Le Matilda's contest

Challenge-anglais

God save the livre

Defi-Emile-Zola

On a une relation comme ça Emile Zola et moi

le-jeudi-c-est-citation.gif

Le jeudi c'est citation organisé par Chiffonnette

objectif-pal.jpg

objectif PAL le retour organisé par Antigone

challenge litterature belge

Le challenge belge organisé par Réka

logo-enluminure--copie-2.jpg

Le challenge Biographie organisé par Alinéa

Visiteurs

Locations of visitors to this page

Wikio - Top des blogs - Multithématique