Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 21:35

le-gout-des-pepins-de-pomme.jpgRésumé de l'éditeur

A la mort de Bertha, ses trois filles, Inga, Harriet et Christa, et sa petite fille, Iris, la narratrice, se retrouvent dans leur maison de famille, à Bootshaven, dans le nord de l'Allemagne, pour la lecture du testament. A sa grande surprise, Iris hérite de la maison et doit décider en quelques jours de ce qu'elle va en faire. Bibliothécaire à Fribourg, elle n'envisage pas dans un premier temps de  la conserver. Mais à mesure qu'elle découvre chaque pièce, chaque parcelle du merveilleux jardin qui l'entoure, ses souvenirs se réveillent, reconstituant l'histoire émouvante, parfois rocambolesque, mais essentiellement tragique, de trois générations de femmes.

Katharina Hagena nous livre ici un grand roman sur le thème du souvenir et de l'oubli.

 

En quelques mots

Ce livre raconte l'histoire de trois générations de femmes d'une même lignée, dont le destin a souvent été dramatique. Bertha Lünschen, la grand-mère d'Iris, la narratrice, a perdu la mémoire depuis des années.  A sa mort, Bertha lègue la terre à sa fille Christa, la mère d'Iris, les valeurs mobilières à sa seconde fille Inga, de l'argent à sa troisième fille Harriet. Iris hérite de la maison et se rend sur place, à Boodshaven, dans le nord de l'Allemagne, depuis Fribourg où elle exerce le métier de bibliothécaire. Elle y retrouve ses parents et ses tantes, Harriet, malheureuse adhérante d'une secte depuis la mort de sa fille Rosemarie, âgée de 15 ans, dans un tragique accident, et Inga qui a la particularité d'envoyer des décharges électriques à quiconque la touche depuis sa naissance au cours d'un violent orage. Dans la maison, où flotte un parfum de pommes et de vieilles pierres, Iris retrouve peu à peu ses souvenirs d'enfance, au contact des vieux meubles, des livres, des arbres et des fleurs du jardin.

Extrait : "Je traversai le potager pour jeter un coup d'œil aux massifs de vivaces crées par Bertha, à toutes ces plantes déjà anciennes qui honoraient la mémoire de ma grand-mère ou constituaient un vivant défi à sa dégradation, ce qui revenait d'ailleurs au même. Le fourré ondoyant de phlox répandait son suave parfum. Les pieds d'alouette pointaient leurs lances bleues dans le ciel vespéral. Les lupins et les soucis resplendissaient tout alentour, les campanules se penchaient à ma rencontre. Les feuilles épaisses en forme de cœur des funkias recouvraient la quasi-totalité du sol, à l'arrière les hortensias formaient une véritable haie dont le feuillage s'ornait d'une multitude d'inflorescences moussues rose-bleu et bleu-rose. Les ombelles jaunes foncées et rose des achillées millefeuille s'inclinaient par dessus l'allée, à peine les eus-je touchées pour les écarter du chemin que mes mains furent imprégnées de leur parfum, cela sentait les herbes aromatiques et les vacances d'été."

Iris n'envisage pas de garder cette maison. Avec Inga, devenue photographe, elle classe les portraits de Bertha et reçoit la visite de Carsten Lexow, qui a entretenu la maison et le jardin depuis le départ de Bertha en maison de retraite. Elle recueille ses confidences sur les liens qui l'unissaient autrefois à Bertha  et à sa soeur Anna, morte d'une pneumonie à l'âge de 16 ans et lui révèle des secrets de famille bien gardés. Iris se remémore les histoires de famille racontées de mère en fille. Anna aimait Lexow et Lexow aimait Bertha qui aimait Henrich Lünschen, le fils de l'aubergiste du village devenu notaire et le grand-père d'Iris.

Christa, la mère d'Iris, était patineuse. Elle avait fait la connaissance de son père,  Dietrich Berger, à Marbourg pendant ses études et, après leur mariage, s'était installée au pays de Bade, dans le Sud, où Dietrich avait décroché un poste dans un centre de recherche en sciences physiques. Mais son coeur était toujours resté attaché à Boodshaven. Iris décide de prolonger son séjour afin de régler les problèmes de succession. Intercalant les rencontres romantiques avec Max, le frère de son amie d'enfance, Mira Ohmstedt , elle reconstitue les souvenirs de ses grands parents, de ses parents, de ses tantes, et de ses jeux avec sa cousine Rosemarie ; elle retrouve des sensations, l'odeur et le goût des fruits et revit la mort tragique de sa cousine.

 

Ce que j'en pense

L'auteur écrit avec beaucoup de tendresse, de sensibilité et de légèreté l'histoire de ces femmes meurtries. C'est un très beau roman sur la mémoire, un roman d'atmosphère et de sensations, à découvrir absolument. Les descriptions du jardin de Bertha sont absolument merveilleuses. Je remercie  Aifelle qui en a fait un livre voyageur et Mango me l'a fait parvenir. livre voyageur

 

Editions Anne Carrière, 2010, 268 p.

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Littérature allemande
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Bénédicte
  • Le blog de Bénédicte
  • : Principalement des lectures, de la littérature, des poèmes mais aussi des recettes testées en famille, des récits de voyages, des visites de musées, des spectacles...
  • Contact

Des liens utiles

babelio.GIF

partage-lecture.png

logobob01.jpg

Dicoblog.gif

ulike-logo.jpg

07 chronique de la rentree litteraire

logo livraddict

 

Recherche

Prochainement

tolstoi.gif

Les challenges

AnneeRussie2011

Une année en Russie - édition 2011

 

challenge-Jules-Verne

Challenge Jules Verne

juste2

Challenge juste pour lire

demois10

Les demoiselles de Lettres

defi_Afrika_Choupynette-copie-1.jpg

Le défi Afrika

Matildacopie1-copie-1

Le Matilda's contest

Challenge-anglais

God save the livre

Defi-Emile-Zola

On a une relation comme ça Emile Zola et moi

le-jeudi-c-est-citation.gif

Le jeudi c'est citation organisé par Chiffonnette

objectif-pal.jpg

objectif PAL le retour organisé par Antigone

challenge litterature belge

Le challenge belge organisé par Réka

logo-enluminure--copie-2.jpg

Le challenge Biographie organisé par Alinéa

Visiteurs

Locations of visitors to this page

Wikio - Top des blogs - Multithématique