Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 18:18

livre voyageur

 

 

Amis blogeurs,

 

Je vous propose de faire voyager quelques livres de ma bibliothèque que j'ai particulièrement aimés.

Pour vous inscrire, il suffit de me laisser vos coordonnées sur le formulaire contact de ce blog avec votre adresse ainsi qu' un commentaire sous  cet article afin de n'oublier aucun message.

Par la suite, vous voudrez bien me faire savoir quand vous recevez le livre et, le cas échéant quand vous l'envoyez à la personne suivante afin que je connaisse sa progression et que je puisse vous en faire part sur ce blog.

Parce que j'y tiens, je ferai voyager ces livres auprès des personnes avec lesquelles j'aurai préalablement établi quelques contacts. Il n'y a pas de délai de lecture impératif, un mois me semble raisonnable toutefois  prevenez moi si vous deviez conserver les livres plus longtemps que prévu.


Le voyage dans le passé - Stefan Zweig   chez Hathaway  

La dame pâle - Alexandre Dumas   

Oliver Twist - Charles Dickens   

La chute - Albert Camus              

Les justes - Albert Camus    

L'été - Albert Camus                    

Repost 0
Published by Bénédicte
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 20:11

 

Montchavin-les Coches est située en Savoie, dans la vallée de la Tarentaise. Elle se trouve au coeur de Paradiski, l’immense domaine relié de la Plagne et  des Arcs. Le domaine s'étend sur 10 000 hectares, de 1 250 m à 3 250 m. La station  s'étend sur un territoire de plus de 425 km de pistes.

les-coches-2011-001.JPGles-coches-2011-048.JPG

 

Montchavin a été développé dans les années 70 et 80. Au départ, c'était un petit village d'habitations vivant essentiellement de l'agriculture. La rénovation du village a été entreprise au début des années 70. Le style des bâtiments reprend l'architecture savoyarde. La station est reliée au domaine de la Plagne depuis 1973.

 

 

les-coches-2011-007.JPG

les-coches-2011-020.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Coches, située à quelques centaines de mètres de Montchavin est une station typique développée à partir des années 80. Ses bâtiments imitent les chalets en pierre, bois et toits de Lauzes. Autour de la place centrale, une galerie de commerçants. Une porte ouvre le village sur un espace plus résidentiel et sur les pistes.

les-coches-2011-026.JPG

les-coches-2011-027.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis 2003, Les Coches sont reliées aux stations des Arcs par le téléphérique Vanoise express. Nous l'avons emprunté au cours de la semaine. les départs sont réguliers. Les cabines à étage sont entièrement vitrées ce qui permet de profiter du panorama sur la vallée et d'admirer le paysage d'un versant à l'autre. La vue est impressionnante.

 

les coches 2011 035

les-coches-2011-038.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Voyages
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 03:14

En visitant le site d'Ellcrys, j'ai appris qu'à l'occasion du 183ème anniversaire de Jules Verne, Isil organisait le Challenge Jules Verne.

jules_verne.jpg

Les règles de ce challenge sont assez souples. Jusqu'au 08 février 2012, il s'agit de lire au moins un roman de Jules Verne. On peut y ajouter toute oeuvre liée à l'auteur, adaptation filmée, BD, romans contemporains basés sur Verne ou son oeuvre si cela existe.

challenge-Jules-Verne.jpg

Je dispose à la maison de la quasi-'intégralité de son oeuvre en édition reliée. Cette édition  en 26 volumes comprend les titres suivants :

1- L'île mystérieuse

2- Les enfants du capitaine Grant

3- vingt mille lieux sous les mers

4- Une ville Flottante

5- Les forceurs de blocus

6- Les révoltés de la Bounty

7- De la terre à la lune

8- Autour de la lune

9- Cinq semaines en ballon

10- Un drame dans les airs

11- Un drame au Mexique

12- Le tour du monde en 80 jours

13- Maitre Zacharius

14- Un hiver dans les glaces

15- Voyage au centre de la terre

16- Docteur OX

17- Martin Paz

18- Michel Strogoff

19- Les tribulations d'un chinois en Chine

20- Les 500 millions de la Begum

21- Aventures du capitaine Hatteras

22- Robur le conquérant

23- Maitre du monde

24- Le secret de Wilhem Storitz

25- Le phare du bout du monde

26- Mathias Sandorf

27- Les Indes noires

28- Le rayon vert

29- Un billet de loterie

30- Les aventures de trois russes et de trois anglais

31- Un capitaine de 15 ans

32- De Rotterdam à Copenhague

33- La Jangada

34- Famille sans nom

35- Le volcan d'or

36-  Le testament d'un excentrique

37- Nord contre sud

38- L'île à Hélice.

 

Merci Isil pour l'organisation de ce challenge auquel je pense depuis longtemps sans jamais avoir osé le proposer. Il sera pour moi l'occasion de voyages et de découvertes, toutes plus extraordinaires les unes que les autres.


Repost 0
Published by Bénédicte - dans challenge
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 10:12

le-voyage-dans-le-passe.jpg

Résumé de l'éditeur

Louis, un jeune homme pauvre mû par une « volonté fanatique », tombe amoureux de la femme de son riche bienfaiteur, mais il doit partir au Mexique pour une mission de confiance. La grande guerre éclate. Les retrouvailles du couple n’auront finalement lieu que neuf ans plus tard. Leur amour aura-t-il résisté ?

Dans ce texte bouleversant, resté inédit en français jusqu’en 2008, on retrouve le savoir-faire unique de Zweig, son génie de la psychologie, son art de suggérer par un geste, un regard, les tourments intérieurs, les abîmes de l’inconscient.

 

En quelques mots

Cette nouvelle qui commence par le fin interroge le lecteur sur l'amour et le temps. A la gare de Francfort, Louis retrouve la femme qu'il aime ; il ne l'a pas revue depuis plus de neuf ans, et ensemble, ils se rendent par l'express du soir à Heidelberg, en souvenir d'une promesse qu'ils s'étaient faite avant de se quitter. Mais tant de choses ont changé...
A 23 ans, Louis avait été élevé dans la pauvreté. Docteur en chimie et très ambitieux, il était devenu secrétaire particulier du Conseiller G., directeur de la grande usine de Francfort, emménageant dans sa luxueuse villa. Il y avait rencontré sa femme, douce sereine et apaisante qui avait su le mettre à l'aise. Discrète, attentionnée et prévenante, il l'avait aimée dès leur première rencontre.
Le Conseiller, conscient de son ambition et de ses potentialités,  lui avait proposé une mission au Mexique et l'assurance de trouver à son retour un poste de direction dans l'entreprise. Accepter cet emploi signifiait aussi quitter cette maison et la quitter, elle dont il était fou amoureux. A l'annonce de son départ, ils étaient tombés dans les bras l'un de l'autre et elle avait promis de se donner à lui à son retour. Au Mexique, il s'était étourdi de travail et lui avait écrit chaque jour à une adresse convenue. Il connaissait ses lettres par cœur et organisait,  en son honneur, des réjouissances dans l'entreprise. A la date prévue de son retour, il avait appris que l'Europe était en guerre. Il lui avait été impossible de rentrer. Sans nouvelle d'elle, il avait épousé la fille d'un négociant allemand. A la fin de la guerre et après la mort de son mari, il s'était rendu chez elle, lui demandant si elle se souvenait de sa promesse et lui avait proposé de prendre le train pour Heidelberg. Fuyant la chambre d’hôtel hideuse qui rendent décevantes ces retrouvailles tant désirées, ils sortent prendre l'air telles deux ombres cherchant leur passé.
 
Parue en 1929, cette nouvelle est restée inédite en France jusqu'en 2008. Stefan Zweig  manie dans cette nouvelle l'art de la description avec toujours autant de génie. C'est  un bonheur de le lire. Les phrases sont magnifiques et l'intrigue subtile. Les personnages sont touchants. Elle, est d'une grande douceur, d'une grande féminité. Louis, fier, énergique et ambitieux est aussi débordé par son sentiment amoureux dont il ne peut faire le deuil avec l'âge.

 

Editions Grasset, 2008, 177 p.

 

C'est un livre voyageur  

livre voyageur

 

 

Repost 0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 16:01

Je m'associe à l'initiative renouvellée des Restos du Cœur qui organisent leur collecte annuelle pour offrir des repas aux plus démunis les 4 et 5 Mars. Pour la troisième année consécutive, Carrefour et Danone s’associent aux Restos dans le cadre d’un partenariat à plusieurs niveaux : mobilisation les jours de collecte, mécénat de compétence tout au long de l’année et opération promotionnelle du 16 au 22 Mars durant laquelle 1 repas est offert aux Restos pour l’achat de 4 produits.

Ils comptent également sur la mobilisation des blogueurs, pour soutenir les Restos du Cœur. Ainsi, pour chaque billet publié sur les Restos du Cœur, Danone et Carrefour s’engagent à offrir 10 Repas aux Restos du Cœur. L’an dernier, cette mobilisation des blogueurs avaient permis d’offrir 16 675 repas.

 

 Il s'agit de publier un article sur l’opération sur votre blog. Pour chaque billet publié, Danone et Carrefour s’engage à offrir 10 repas aux Restos du Cœur

Pour de plus amples informations, c'est ici

Repost 0
Published by Bénédicte - dans cuisine
commenter cet article
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 18:31

La-ballade-de-Lila-K.jpgRésumé de l'éditeur

La ballade de Lila K, c’est d’abord une voix : celle d’une jeune femme sensible et caustique, fragile et volontaire, qui raconte son histoire depuis le jour où des hommes en noir l’ont brutalement arrachée à sa mère, et conduite dans un Centre, mi-pensionnat mi-prison, où on l’a prise en charge.

Surdouée, asociale, polytraumatisée, Lila a tout oublié de sa vie antérieure. Elle n’a qu’une obsession : retrouver sa mère, et sa mémoire perdue.

Commence alors pour elle un chaotique apprentissage, au sein d’un univers étrangement décalé, où la sécurité semble désormais totalement assurée, mais où les livres n’ont plus droit de cité.

Au cours d’une enquête qui la mènera en marge de la légalité, Lila découvrira peu à peu son passé, et apprendra enfin ce qu’est devenue sa mère. Sa trajectoire croisera celle de nombreux personnages, parmi lesquels un maître érudit et provocateur, un éducateur aussi conventionnel que dévoué, une violoncelliste neurasthénique en mal d’enfant, une concierge vipérine, un jeune homme défiguré, un mystérieux bibliophile, un chat multicolore…

Roman d’initiation où le suspense se mêle à une troublante histoire d’amour, La ballade de Lila K est aussi un livre qui s’interroge sur les évolutions et possibles dérives de notre société.

 

En quelques mots

Lila est séparée de sa mère par des hommes en noir et envoyée dans un centre où elle est prise en charge et rééduquée, attachée puis nourrie au moyen d'une sonde, opérée, promenée dans un fauteuil roulant dans une grande cour survolée par des hélicoptères, mise sous calmant, massée malgré le dégoût qu'elle ressent au moindre contact. Elle  réapprend à marcher et à parler. Peu à peu, sa vie reprend cohérence. Elle entreprend de dormir sous son lit  pour retrouver ses sensations malgré les caméras qui la surveillent nuit et jour. Ses difficultés avérées de socialisation lui valent un régime spécial de cours particuliers. Lila est surdouée, asociale et polytraumatisée. M. Kaufmann, le thérapeute, la prend sous son aile. Il est joueur de violoncelle, gai, imprévisible et polyglotte et elle a avec lui des relations épanouissantes. A neuf ans, elle apprend des poèmes pour améliorer son expression. A la demande de la Commission qui porte un regard sur ses activités, M. Kaufmann lui impose des promenades le long d'un mur jouxtant la cour principale puis la présence de Fernand pour qu'elle cotoie d'autres personnes. Dans ce monde où les grammabook ont remplacé les livres papiers, elle découvre  grâce à lui des livres, des contes, des romans, des albums illustrés, des essais d'histoire et de sociologie, des poèmes en latin, un traité d'architecture. M. Kaufmann est finalement démis de ses fonctions par les membres de la Commission et par le Grand Conseil. Soupçonné de trafic de drogue et d'activités subversives, on l'accuse de falsifier les comptes et de détourner des sommes colossales. Placé en résidence surveillée, il décède d'une crise cardiaque non sans lui avoir offert, avant de partir une boussole, une écharpe et un dictionnaire qu'elle gardera précieusement.

Lila ne sait rien de sa mère est cela est intenable. Elle a appris par M. Kaufmann qui avait promis de l'aider dans sa quête, qu'elle a été déchue de ses droits maternels quelques semaines après son arrivée dans le Centre.

Fernand est désigné comme son nouveau tuteur. Il l'emmène déjeuner chez lui avec sa femme, ancienne pensionnaire du Centre et élève de M. Kaufmann. Elle se rend chez eux toutes les semaines et dépasse sa peur du trajet. Chez Lucienne et Fernand, elle se souvient du pâté pour chat que lui donnait sa mère. Elle en vole plusieurs boîtes qu'elle mange en cachette sous son lit. Lucienne attend un enfant. A l'annonce d'une atrophie des membres supérieurs du foetus, porteur du gène de la maladie d'Huntington non prise en charge par l'assurance, elle est sommée d'interrompre sa grossesse et elle se réfugie chez le docteur Vesalius, médecin, philanthrope, proxénète, producteur de spectacles et directeur de cirque, ami des monstres et des disgraciés. Elle accouche au siège de sa Fondation et demande le divorce.

Lila s'applique à devenir une fille normale. Elle met de son côté toutes les chances de sortir du Centre à sa majorité. Elle apprend à se tenir, à se coiffer, à chatier son langage, à imiter les autres en visionnant des films et des documentaires pour faire illusion en toutes circonstances et réussir l'examen d'aptitude. Son seul but est de retrouver sa mère. Elle découvre un message codé dans la couverture du dictionnaire que lui avait offert M. Kaufmann et le déchiffre peu à peu. En 2107, elle passe brillament l'examen de fin d'études et réussit les tests d'aptitude. Elle bénéficie d'un emploi réservé à la Grande Bibliothèque bien au dessous de ses capacités, en qualité de technicienne en numérisation des documents papiers et choisit au hasard son nom de famille en ouvrant le dictionnaire à la lettre K. Elle consulte son dossier sur lequel le nom de sa mère a été soigneusement caché et emménage dans un studio dans l'immeuble de Fernand, équipé d'un dispositif d'analyses des urines dont les résultats sont transmis au médecin référent. Placée en période probatoire pendant deux ans, elle est surveillée et évaluée constamment. Elle rencontre Justinien, le magasinier. Dans le moteur de recherche, elle entre les dates de son admission afin de découvrir le nom de sa mère. Avec Justinien, elle évoque la possibilité de sortir des réserves des documents clandestinement. C'est ainsi qu'elle découvre le nom de sa mère Moïra Steiner, jeune zonarde droguée et prostituée. Elle en apprend beaucoup sur son procés et sa condamnation, son incarcération à la Centrale de Chauvigny. Elle fait la connaissance de Milo Templeton, le directeur de la Grande bibliothèque qui découvre les documents clandestins au décés de Justinien mais qui ne dit rien et aide Lila en choisissant pour elle des documents se rapportant au quartier de la Zone, aux émeutes, au terrorisme, aux opérations de maintien de l'ordre. Lila sillonne la ville  et parvient à approcher la vie des autres en attendant son émancipation prononcée à l'aube de ses vingt ans. Elle se rend alors à la Zone pour approcher la prison et retrouver sa mère. Mais elle est décédée. Elle perd connaissance et se réveille à l'hôpital psychiatrique après avoir avalé un flacon entier d'anxiolytiques. Fernand raconte alors la maltraitance qu'enfant elle a subie, les fractures, les brulûres. A sa sortie de l'hôpital elle rencontre Milo clandestinement  dont elle tombe amoureuse et qui lui remet le dossier de sa mère.  Il résiste aux règles du Ministère qui a lancé contre lui un mandat pour entrave à l'action de la Justice.  Ce dossier contient des centaines de documents qu'elle consulte la nuit, nichée dans l'ombre de son placard. Elle découvre alors le destin de sa mère et l'histoire de son enfance.

 

Ce que j'en ai pensé

C'est un livre à la fois futuriste et réaliste dont l'action se déroule dans les années 2100. Il décrit une société sécuritaire où chacun est placé sous surveillance constante et contrôlé. L'action se déroule dans les différents quartiers d'une ville coupée en deux : Dans la Zone extra-muros, la misère sévit, la drogue et la délinquance font des ravages. Les gardes sont des automates et les subalternes des chimères. Les livres sont diabolisés et censurés. On ne peut les consulter qu'en portant des masques et des gants. C'est une histoire  troublante. La toile de fond est plutôt  noire. Il y a quelque chose d'effrayant dans la description de cette société  dure et froide, angoissante et deshumanisée sur laquelle on sait finalement peu de choses.  On la découvre en effet au travers de l'expérience de Lila et de sa mère, du suivi administratif des naissances, de l'organisation des soins et des rapports qu'entretiennent les tuteurs avec les instances de contrôle que sont la Commission et le Grand Conseil. Quelle vie pour Lila, recueillie dans le dénuement le plus complet et qui, après le placard où l'avait placée sa mère, est contrainte d'évoluer dans l'univers quasi-carcéral du Centre dans lequel elle a été placée toute jeune, puis à l'hôpital psychiatrique. Elle fait preuve de volonté, de courage et de détermination, elle trouve la force de faire semblant et de continuer.

Merci à Clara qui en a fait un livre voyageur.

livre voyageur

 

Extrait : "- Je veux sortir d'ici, ai-je répondu sans ouvrir les yeux.

- Tu penses que c'est raisonnable après ... après ce que tu as fait ?

- Je me suis déjà expliquée la dessus, mais on dirait que vous ne voulez rien entendre !

- Ce voyage insensé pour retrouver ta mère...

- Il y avait trop de questions sans réponse, Fernand. Je voulais savoir. N'importe qui comprendrait.

- Ce sera aux psychiatres d'en décider.

- La décision des psychiatres se fondera aussi sur les différents témoignages qu'ils recueilleront à mon sujet, c'est bien ça ?

- Exact.

- Vous étiez mon tuteur votre avis sera donc déterminant.

- Probablement.

J'ai rouvert les yeux.

-Qu'allez-vous leur dire Fernand ? Que je suis une folle ? C'est ce que vous pensez  vraiment ?

Il m'a jeté ce regard fiévreux, exalté, qui me mettait chaque fois si mal à l'aise.

-Tu ne veux pas rester ici n'est-ce pas ?

J'ai secoué la tête.

- Moi non plus je ne veux pas que tu restes ici. ce serait l'échec de tout ce que j'ai fait pour toi.

- Alors vous êtes prêt à témoigner en ma faveur ?

- Oui, Lila, à une condition : que tu ne retournes pas à la Bibliothèque."

 

Pour finir, je vous propose la citation suivante que je trouve pertinente  :

« Pour comprendre les affaires humaines (les pragmata), force est de s'exiler hors de l'empire des signes pour aborder au pauvre royaume de l'objet, "des machines inhumaines"» Régis Debray Histoire des 4 M Cahiers de médiologie n°6 p. 11 1998 

Source : wikipedia

A lire, l'avis beaucoup plus nuancé de Marie Javet qui établit un comparatif avec de nombreux autres romans d'anticipation.

 

Editions Stock, 2010, 394 p.

 

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Littérature française
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 18:39

A l'aube de cette année 2011, je vous propose un petit bilan de lecture de l' année 2010

 

Yannick Haenel : Jan Karski

Marie Ndiaye : Trois femmes puissantes

Les chevaliers d'Emeraude - Anne Robillard

Le club des incorrigibles optimistes - Jean-Michel Guenassia

Sexe, diamants et plus si affinités - Lauren Weisberg

Un roman français - Frédéric Beigbeder

L'énigme du retour - Dany Laferrière

Ce que je sais de Vera Candida - Véronique Ovaldé

Ensemble, c'est tout - Anna Gavalda

Le démon et Mademoiselle Prym - Paulo Coehlo

Romans et nouvelles I (1) - Stéphan Zweig

Romans et nouvelles I (2) - Stéphan Zweig

Romans et nouvelles I (3) - Stéphan Zweig

Romans et nouvelles I (4) - Stéphan Zweig

Romans et nouvelles I (5) - Stéphan Zweig

Romans et nouvelles I (6) - Stéphan Zweig

Romans et nouvelles I (7) - Stéphan Zweig

Sacrées sorcières - Roald Dahl

Carmen - Prosper Mérimée

L'Etranger - Albert Camus

Le Bon Gros Géant - Roald Dahl

Effroyables jardins - Michel Quint

Passagère du silence Dix ans d'initiation en Chine - Fabienne Verdier

Les derniers jours de Zweig - Laurent Seksik

Le compagnon de voyage - Curzio Malaparte

Orgueil et préjugés - Jane Austen

L'été - Albert Camus

La peste - Albert Camus

La dame noire - Stephen Carter

Le magasin des suicides - Jean Teulé

Lady Susan - Jane Austen

Les justes - Albert Camus

La commissaire n'aime point les vers - Georges Flipo

Le ciel au dessus du Louvre - Bernar Yslaire - Jean-Claude Carrière

Le goût des pépins de pomme - Katharina Hagena

Tel est pris qui croyait prendre - Roald Dahl

D'où je suis je vois la lune - Maud Lethielleux

La chute - Albert Camus

Emma - Jane Austen

La gloire de mon père - Marcel Pagnol

Le château de ma mère - Marcel Pagnol

Magnus - Sylvie Germain

Les deux gredins - Roald Dahl

Caligula - Albert Camus

Le Malentendu - Albert Camus

Matilda - Roald Dahl

Le Monde d'hier - Stefan Zweig

La diagonale du traitre - Hervé Hamon

La libraire a aimé - Sophie Poirier

La potion magique de Georges Bouillon - Roald Dahl

Le premier homme - Albert Camus

Oliver Twist - Charles Dickens

Charlie et la chocolaterie - Roald Dahl

La carte et le territoire - Michel Houellebecq

La mort d'Olivier Bécaille et autres nouvelles - Emile Zola

La dame pâle - Alexandre Dumas

Lettres à un ami allemand - Albert Camus

Le vieil homme et la mer - Ernest Hemingway

L'homme invisible - Herbert-George Wells

Nagasaki - Eric Faye

Au total 60 livres. Je tiens à vous remercier pour vos nombreuses visites chaque jour et pour tous vos commentaires.

Repost 0
Published by Bénédicte
commenter cet article
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 17:28

 

 

 

 

BONNE ET HEUREUSE ANNEE A TOUS

 

 

 

BONNES LECTURES

 

  800px-Coulon-Angelique.jpg

source Wikimédia

Repost 0
Published by Bénédicte
commenter cet article
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 11:29

L'exposition qui se déroule actuellement sur le site François Mitterand,  présente le regard de Raymond Depardon sur les territoires de France. Ce sont 36 photographies de très grand format réalisées à la chambre 20x25, des images d'une France ordinaire, réalisées au cours de six ans de vagabondage à travers le pays. Ces photos n'ont rien à voir avec des représentations du patrimoine monumental. Elles montrent des lieux et des boutiques que nous ne voyons pas, une boucherie-charcuterie, un bar tabac,  ou encore un rond point sans attrait esthétique particulier.

 

Les couleurs sont criardes, pétaradantes ou délicates et toujours lumineuses. Le rouge vif d'une charcuterie cotoie toutes les nuances pastel en bord de mer.  La recherche d'une lumière douce, harmonieuse et sensible est constante. La technicité du photographe s'exprime aussi à travers les cadrages et la netteté exceptionnelle des clichés, notamment des éléments de second plan.

 

Ces grands tirages ne sont pas légendés. Entre 2004 et 2010, Raymond Depardon a visité l' Alsace, l'Aquitaine, l'Auvergne, la Basse-Normandie, la Bourgogne, la Bretagne, le Centre, la Champagne-Ardennes, la Franche-comté, la Haute-Normandie, l'Ile-de-france, le Languedoc-Roussillon, le Limousin, la Lorraine, le Midi-Pyrénées, la Provence-Alpes-côte-d’azur, le Pays-de-la-Loire, la Picardie, le Poitou-Charentes et la région Rhône-Alpes.

 

La seconde partie de l'exposition montre les oeuvres, photographies originales, livres de photographes et de peintres dont Raymond Depardon revendique l’influence, des photographies de corpus précédents de Raymond Depardon lui-même, et un foisonnement de documents de travail témoignant des diverses phases du projet 2004-2010.

 

C'est une exposition à ne pas manquer. Elle se déroule dans la grande galerie de la Bibliothèque nationale j'usqu'au 9 janvier 2011. Pour de plus amples informations, vous pouvez vous rendre sur le site de la BNF et visionner le film de l'exposition.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Musées-expositions
commenter cet article
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 08:15

Nagasaki.jpgRésumé de l'éditeur

Tout commence par des disparitions, des déplacements d'objets. Shimura-san vit seul dans une maison silencieuse qui fait face aux chantiers navals de Nagasaki. Cet homme ordinaire rejoint chaque matin la station météorologique de la ville en maudissant le chant des cigales, déjeune seul et rentre tôt dans une retraite qui n'a pas d'odeur, sauf celle de l'ordre et de la mesure. Depuis quelque temps déjà, il répertorie scrupuleusement les niveaux et les quantités de nourriture stockée dans chaque placard de sa cuisine. Car dans ce monde contre lequel l'imprévu ne pouvait rien, un bouleversement s'est produit. «Comme je l'apprendrais plus tard lorsqu'un inspecteur me rappellerait, les agents avaient trouvé porte close chez moi. Aucune fenêtre ouverte, ce qui les avait étonnés. Après avoir forcé la serrure, ils avaient été plus intrigués encore de ne mettre la main sur personne à l'intérieur. Or tout était bien fermé. Croyant à une farce, ils avaient failli repartir tout de suite. L'auteur de cette plaisanterie l'aurait payé cher, monsieur Shimura, me ferait-il remarquer. Par acquit de conscience, toutefois, ils avaient fouillé chaque pièce. C'est dans la dernière, la chambre aux tatamis...»

 

En quelques mots

Shimura-san est un météorologue de 56 ans célibataire, domicilié à la lisière de Nagasaki. Un jour, en rentrant chez lui plus tôt que d'habitude, il s'aperçoit que quelqu'un s'est servi dans son frigo. Depuis plusieurs semaines, il remarque que des objets sont déplacés. Il n'en dort plus et décide d'installer une webcam chez lui avant de se rendre à son travail. Il entrevoit une femme qui traverse la pièce. Lorsqu'il rentre chez lui, la serrure n'a pas l'air fracturée. Il s'entretient avec Ota, sa voisine qui n'a rien remarqué d'anormal chez lui si ce n'est une silhouette féminine, le mois précédent. Le lendemain, lorsque l'ombre de la femme apparait sur l'écran de son ordinateur, il appelle la police. Elle est retrouvée pétrifiée, blottie dans la pénombre du placard à futons. La clandestine est une chômeuse de longue durée en fin de droits, qui vit chez lui à son insu depuis près d'un an. Au tribunal, elle risque trois ans ferme et 500.000 yens d'amende. Elle écope  finalement de cinq mois sans amende. Mais Shimura-san ne se sent plus chez lui et vend son appartement. Elle décide alors de lui écrire. On découvre ainsi les raisons de sa présence, comment elle est entrée et a vécu durant presqu'une année dans la clandestinité.

 

Ce roman est très court. Le style est sobre et concis. L'histoire est inspirée d'un fait divers japonais.  Elle traite de l'intrusion et de la dépossession de chez soi, du sentiment de violation, beaucoup plus fort dans ce roman que le préjudice réellement subi, du traumatisme qui en résulte. Ces deux êtres solitaires ne se rencontrent pas vraiment. Au procès, ils ne se regardent pas.  Pourtant, elle connait tout de lui, son régime alimentaire, ses habitudes, la marque de ses sous-vêtements et sans le vouloir, elle le perturbe profondément. C'est une histoire singulière. Le narrateur qui pendant presqu'un an ne s'est rendu compte de rien, change au cours du roman. Shimura-san cède la parole à la clandestine.

 

C'est un très bon moment de lecture, agréable et surprenant. Ce roman a reçu le grand prix du roman de l'Académie française et  figure dans la sélection du prix Wepler. Ce jury rendra son verdict le 22 novembre. 

 

Extrait : "Dans la cuisine, aussi, je devais redoubler d'attention jusqu'à tourner en bourrique. Le plus souvent pour manger, j'allais me servir dans les poubelles à l'arrière d'un libre-service du quartier, ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre, qui m'entretenait sans le savoir en jetant des produits à peine périmés. Les jours de pluie torrentielle, ou lorsque je ne me sentait pas bien, je puisais un peu dans les stocks de mon hôte, me contentant de riz ou de pâtes. Je ne prenais rien dont il aurait pu remarquer la présence. Presque rien. Exceptionnellement, je succombais à la tentation d'un yaourt ou d'un peu de jus de fruits. C'est tout. Avec le temps, j'ai fini par me ranger à ses goûts, par les apprécier même."

 

Editions Stock, 2010, 108 p.


Repost 0
Published by Bénédicte - dans Littérature française
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Bénédicte
  • Le blog de Bénédicte
  • : Principalement des lectures, de la littérature, des poèmes mais aussi des recettes testées en famille, des récits de voyages, des visites de musées, des spectacles...
  • Contact

Des liens utiles

babelio.GIF

partage-lecture.png

logobob01.jpg

Dicoblog.gif

ulike-logo.jpg

07 chronique de la rentree litteraire

logo livraddict

 

Recherche

Prochainement

tolstoi.gif

Les challenges

AnneeRussie2011

Une année en Russie - édition 2011

 

challenge-Jules-Verne

Challenge Jules Verne

juste2

Challenge juste pour lire

demois10

Les demoiselles de Lettres

defi_Afrika_Choupynette-copie-1.jpg

Le défi Afrika

Matildacopie1-copie-1

Le Matilda's contest

Challenge-anglais

God save the livre

Defi-Emile-Zola

On a une relation comme ça Emile Zola et moi

le-jeudi-c-est-citation.gif

Le jeudi c'est citation organisé par Chiffonnette

objectif-pal.jpg

objectif PAL le retour organisé par Antigone

challenge litterature belge

Le challenge belge organisé par Réka

logo-enluminure--copie-2.jpg

Le challenge Biographie organisé par Alinéa

Visiteurs

Locations of visitors to this page

Wikio - Top des blogs - Multithématique