Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 21:04

verdunRésumé de l'éditeur

"La guerre 1914-1918 a été gagnée à Verdun", disait le général de Castelnau. Quoiqu’il en soit, pendant 300 jours et 300 nuits, Verdun a tutoyé l’histoire de France, d’Allemagne et, au-delà, de l’Europe et du monde, une histoire faite de grandeur et d’abjection, de beauté et d’horreur, d’héroïsme et d’abnégation, mais aussi de boue, de sécheresse, de chaleur, de froid, de faim, de soif, d’odeurs insoutenables. Tout y a été démesuré : les méthodes employées, les moyens utilisés, tant humains que matériels, les bilans. Jamais jusque-là deux camps ennemis s’étaient combattus avec autant de pugnacité, de hargne, de volonté, de conviction, de peur, d’angoisse, sur si peu d’espace, aussi longtemps, dans de telles conditions, pour si peu de résultats, du moins en apparence. Les objectifs allemands étaient de réduire le saillant de Verdun et prendre la ville. Les Poilus, individuellement et collectivement, par leur héroïsme, conscient ou non, fruit de sacrifice, de volonté têtue, d’intelligence, d’imagination, d’adaptation, en ont fait le tremplin du sursaut de l’armée et, au-delà, de la France qui devait les conduire à la victoire. Les causes, la nature, l’expression de cette confrontation expliquent que, à l’heure actuelle dans les consciences allemandes et françaises, Verdun ait ce statut si particulier et soit resté "la bataille" de la Première Guerre mondiale.

 

En quelques mots

Un mot d'abord sur l'introduction de cette BD que j'ai trouvée remarquable. Au delà des conséquences humaines désastreuses de la bataille de Verdun, qualifiée d'"incroyable bataille boucherie", ce texte analyse en effet la rupture entre deux conceptions philosophiques et stratégiques de la guerre, et aborde la bataille sous l'angle des moyens militaires utilisés, fantassin, côté français, artillerie côté allemand. Le combattant qui refuse dans un premier temps de cesser le combat, se veut "héritier de la patrie et fils de la nation". Le sacrifice consenti par tous parvient à réunir les deux Frances qui ne se parlent plus depuis la Révolution. Nombreux sont ceux qui dénoncent la folie de cette bataille et de la guerre. Mais pour le Poilu, l'essentiel est la résistance, volonté populaire sur laquelle le Haut commandement s'est appuyé.

 

Les trois premières planches rappellent les circonstances du déclenchement de la guerre,  à partir  du 28 juin 1914, date de l'attentat, à Sarajevo contre l'archiduc François-Ferdinand et sa femme. Les auteurs décrivent les étapes de la mondialisation du conflit, l'évolution des formes de la guerre, de la stratégie employée par les différentes forces en présence et l'adaptation de l'équipement des combattants à cette stratégie, sur terre et sur mer. Ils dépeignent l'effort des français sous le commandement du Général Joffre, qui tente en vain de percer les lignes allemandes, en Champagne, en Artois, dans les Vosges. Dessins et cartes illustrent les évènements, les situations et les manoeuvres décrites. La guerre de mouvement devient une guerre de position.

Puis le récit se concentre sur l'histoire de la ville de Verdun, ses origines, connues à la fin du IIIème siècle, sa situation routière et géographique et les étapes de son entrée dans l'Histoire : traité de Verdun en 843, rayonnement politique, artistique intellectuel et militaire au centre d'un dispositif de surveillance des frontières sous les capétiens, sa situation dans le Royaume de France sous Henri II et jusqu'à la Révolution Française. La ville est investie par les Prussiens en 1792 puis en 1870 et se retrouve sur la frontière allemande après la cession de l'Alsace Moselle par le traité de Francfort en 1871. Verdun est devenue "l'avant-garde de la France". Dès le début des conflits, elle joue un rôle de premier ordre.

  Le 21 février 1916 correspond à la première offensive allemande à Verdun. Les auteurs racontent le déroulement de la bataille, les bombardements intenses et méthodiques des allemands, destinés à désorganiser les lignes françaises, le rôle de l'aviation allemande, les destructions massives. Les troupes d'assaut avancent sur les lignes de front et les services de santé sont débordés. L'avancée allemande semble inéxorable ; les allemands prennent le fort de Douaumont. Pétain est alors convoqué par le Général Joffre. Il préconise l'usage de l'artillerie et de l'aviation. Les pilotes entrent dans la légende. Mais les pertes françaises sont énormes et les soldats doivent aussi subir les poux, les puces et les rats. La détérioration du moral des troupes est telle que Joffre se rend à Souilly. Attaques et contre-attaques se succèdent, les obus à gaz toxiques tombent toutes les cinq secondes. Les allemands prennent le fort de Vaux. Les desertions, abandons de poste, réditions, mutineries se multiplient. certains soldats sont fusillés pour l'exemple. La dernière offensive allemande se solde par un échec ; les troupes françaises progressent au prix de pertes énormes et reprennent Vaux. Le 18 décembre 1916, la bataille de Verdun est finie. Le bilan humain est désastreux : 163.000 morts côté français, 143.000 côté allemand.

 

Ce texte destiné aux enfants à partir de 11 ans est fidèle aux évenements historiques. Les dessins sont assez traditionnels, pas d'effet particulier, pas de fioriture. Les auteurs utilisent un style sobre et efficace qui retranscrit les données de manière intelligible et synthétique. Ils abordent la guerre sous différents aspects de la stratégie militaire aux costumes, en passant par les moyens d'armement et la vie quotidienne du Poilu. Cet aspect aurait  toutefois pu être davantage exploré, il n'est que survolé. Je suis ravie de cet achat effectué au salon du livre qui je l'espère aidera mon garçon à intégrer cette partie du programme d'Histoire de son année de 3ème.

Albverdun1_14072009_163359.jpgEditions Reynald Seycher, 2008, 48 p.

 

challenge histoire-copie-1Je participe au challenge Histoire organisé par Jelydragon

Partager cet article

Repost 0
Published by Bénédicte - dans BD
commenter cet article

commentaires

nath 30/03/2011 10:25


Un livre à faire lire aux enfants! Je suis toujours effarée tous les 11 novembre d'entendre à la radio que bon de nombre de français ne savent plus à quoi correspond cette date!


Bénédicte 30/03/2011 11:00



Bonjour Nath. C'est un livre à connaitre il est bien écrit et les interprétations qu'il propose sont intéressantes et justes.



Alex-Mot-à-Mots 29/03/2011 11:02


Peut-être un peu trop de texte pour les enfants ? ceci dit, des BD su rla guerre, il n'y en a pas tellement, et cela peut être une bonne approche.


Bénédicte 29/03/2011 11:16



je pense effectvement que cette BD très instructive est parfaitement adaptée à la 3ème Mais le texte riche d'informations historiques, se fond bien aux images



Rose 28/03/2011 21:49


Bonsoir Bénédicte

Avant tout, merci d'avoir déposé ce gentil message sur mon blog!

A mon tour de découvrir le tien qui est bien intéressant, à commencer par cette BD! Merci de nous la faire découvrir.
J'essayerai de la trouver pour mes enfants.
C'est un sujet d'histoire qui doit tous nous toucher, car pas d'avenir sans souvenir!
J'ai d'ailleurs écrit un poème sur ce thème que j'ai intitulé "Les Poilus dans nos mémoires".

Au plaisir de te lire.

Amicalement

Rose


Bénédicte 29/03/2011 12:30



Ton poème est splendide. C'est un exercice de mémoire pour tous ces hommes sacrifiés



Aifelle 27/03/2011 13:03


Je suis allée à Verdun il y a deux ans, et j'ai été stupéfaite de voir à quel point l'impact de la première guerre mondiale était perceptible partout, dans les paysages, l'histoire, l'atmosphère.
J'irais bien voir de plus près cette BD.


Bénédicte 28/03/2011 14:51



j'y suis allée très jeune. De nombreux groupes scolaires s'y rendent encore aujourd'hui La ville a développé sa vocation historique. La BD est très complète Elle a été écrite par Reynald Seycher,
On apprend en quatrième de couverture qu'il est docteur es lettres connu pour la rigueur historique de ses écrits. Il est aussi licencié d'histoire géographie, et en AES et a obtenu un doctorat
de troisième cycle en sciences historiques et politiques. Guy le Hideux, journaliste critique en BD et scénariste. Il est je crois spécialiste de la BD religieuse et animateur radio sur Radio
Notre-Dame. J'ai appris sur wikipédia qu' il avait écrit les textes pour "Ma première histoire de France" aux éditions du Triomphe sur des tableaux de Pierre Probst.



Ys 26/03/2011 22:07


Il y a pas mal de BD sur la 1ere Guerre mondiale en e moment il me semble, j'en ai acheté une série pour la bib (le nom m'échappe) : il semblerait que la fiction trouve bien sa place.


Bénédicte 26/03/2011 23:22



cette BD est assez réaliste et didèle aux évenements historiques Peut-être est-ce en raison du cursus des auteurs



Présentation

  • : Le blog de Bénédicte
  • Le blog de Bénédicte
  • : Principalement des lectures, de la littérature, des poèmes mais aussi des recettes testées en famille, des récits de voyages, des visites de musées, des spectacles...
  • Contact

Des liens utiles

babelio.GIF

partage-lecture.png

logobob01.jpg

Dicoblog.gif

ulike-logo.jpg

07 chronique de la rentree litteraire

logo livraddict

 

Recherche

Prochainement

tolstoi.gif

Les challenges

AnneeRussie2011

Une année en Russie - édition 2011

 

challenge-Jules-Verne

Challenge Jules Verne

juste2

Challenge juste pour lire

demois10

Les demoiselles de Lettres

defi_Afrika_Choupynette-copie-1.jpg

Le défi Afrika

Matildacopie1-copie-1

Le Matilda's contest

Challenge-anglais

God save the livre

Defi-Emile-Zola

On a une relation comme ça Emile Zola et moi

le-jeudi-c-est-citation.gif

Le jeudi c'est citation organisé par Chiffonnette

objectif-pal.jpg

objectif PAL le retour organisé par Antigone

challenge litterature belge

Le challenge belge organisé par Réka

logo-enluminure--copie-2.jpg

Le challenge Biographie organisé par Alinéa

Visiteurs

Locations of visitors to this page

Wikio - Top des blogs - Multithématique