Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 00:08

passage des larmesRésumé de l'éditeur


Djibril a quitté Djibouti depuis de longues années. A Montréal, il est devenu un homme neuf : le pays de son enfance n’est plus pour lui qu’une terre étrangère, poussiéreuse, un terrain vague. Employé par une agence de renseignement, il doit pourtant y retourner pour une mission de quelques jours. Djibouti est devenu un enjeu géostratégique majeur : la France, les Etats-Unis, Dubaï, les islamistes se disputent ce morceau de basalte. Djibril n’a que faire de leurs querelles mais il se sent trahi par ce pays né, comme lui, un 17 juin 1977, jour de l’Indépendance. Les plaies s’ouvrent, les fantômes des siens viennent le hanter, son enquête piétine. Chaque jour, il se laisse entraîner sur les chemins dangereux de la mémoire. De sa prison cachée sur les îlots du Diable, au large de Djibouti, Djamal, le frère jumeau de Djibril, né quelques minutes après lui, a appris le retour de son aîné prodigue : il le suit en pensée où qu’il aille, l’interpelle, ne le laisse pas en paix. On ne revient pas impunément sur les traces de son passé.

 

En quelques mots


"Passage des larmes" est avant tout un roman d'espionnage. Le titre a été choisi en référence au détroit séparant la péninsule arabique et l'Afrique, reliant la Mer Rouge au golfe d'Aden dans l'Océan Indien : Bab el Mandeb, la porte des larmes, un emplacement stratégique important et l'un des couloirs de navigation les plus fréquentés au monde.

A 29 ans, Djibril vit  à Montréal. Il est de retour à Djibouti, le pays de son enfance, pour raisons professionnelles. Il prend des notes, des photos, il scrute le pays à l'endroit et à l'envers, il mène une enquête et vérifie la stabilité de la situation dans le pays. Il travaille pour une société d'intelligence économique installée à Denver dans le Colorado, spécialisée dans le repérage des sites. Djibouti, vitrine des Emirats Arabes Unis dans la Corne de l'Afrique, a séduit les stratèges américains et les hommes d'affaire du Golfe persique, par sa position et sa stabilité. La construction d'un pont y est programmée, enjambant la Mer Rouge et reliant le Yemen et Djibouti, l'Asie et l'Afrique. Le troisième complexe portuaire du pays sort des gravats du village de Doraleh. Les américains se sont installés dans un centre de commandement, deserté par l'armée française et protégé par les Marines pour repérer et défaire les groupes terroristes transnationaux. La région est tenue pour la plus grande poudrière du monde après l'Afghanistan et l'Irak.

Le livre se compose de carnets de voyage, dans lesquels Djibril inscrit les évenements, les renseignements qu'il obtient, ses rendez-vous et ses contacts.

Il complète cette intrigue de récits d'enfance autobiographiques. Djibril est né en Côte française des Somalies, le 26 juin 1977, la veille de l'Indépendance. Djamal est son frère jumeau, Assod son grand-père, qui lui parlait de ses ancêtres, de leurs croyances et de leur mode de vie, honorant la terre "sans chercher à la posséder". Djibril se souvient de sa mère qui lui préférait son frère jumeau et de son choix de suivre seul son chemin, de son ami David. Tout l'éloigne de son frère et son ami avait définitivement pris sa place. Il s'était très jeune intéressé aux médias. Il avait été projectionniste et avait trouvé dans le cinéma une véritable famille. il avait fait de solides études scientifiques. Il lui fallait "de puissants rails, des bases fixes, pour que la vie cesse d'être un flottement permanent." A Montréal, il avait étudié les sciences de l'information.  C'est à la Cité internationale de Paris qu'il avait rencontré sa femme Denise, une québécoise de père autrichien, émigré en pleine Révolution de velours. Elle lui avait parlé du philosophe juif Walter Benjamin. L'auteur raconte tout au long du roman le parcours d'exilé de cet homme jusqu'à son suicide en Espagne.

Le livre est assez complexe. Outre la passionnante intrigue d'espionnage, l'auteur nous fait partager l'expérience de Walter Benjamin fuyant l'oppression nazie et l'inscrit dans un contexte actuel. La lecture n'est pas toujours évidente car les références à la pensée de cet homme, assez peu connu en France, nécessitent pour être comprises  quelques recherches parallèles . Il nous fait entendre aussi la voix de son frère, islamiste emprisonné. il décrit le terrorisme au quotidien, les martyrs, les projectiles, les bombes humaines, malgré le déploiement des forces de sécurité internationales. Il parle en des termes extrêmement poétiques et sensibles de son ami David, de leur passion commune pour la plage et la mer, de leurs rituels d'écriture. Il se souvient de son père, de sa pauvreté, de la honte qu'il lui inspirait et avec laquelle il est obligé de composer. La voix de son frère, le poursuit et le hante. Il lui parle de Dieu, de son pays, de ses coutumes, de son évolution, de son rapport à la religion, aux croyances millénaires. Il le prend à parti, le juge et le menace. Les souvenirs  de Djibril l'envahissent, malgré les distances qu'il a mises et on perçoit  peu à peu une montée de l'insécurité globale de ce personnage plongé dans le contexte troublé de Djibouti. C'est un livre surprenant car il est construit de manière originale et complexe à la fois. L'écriture est belle. Le lyrisme de certains passages ne laisse pas indifférent. Il manque quelque chose toutefois au récit de ces voix et le rapport au frère ne se comprend que tardivement. Malgré tout, l'intrigue est palpitante et les repères tant géographiques que politiques sont extrêmement instructifs sur la situation actuelle de ce pays. Les citations encyclopédiques sont fréquentes.

 

290px-Red_Sea_topographic_map-fr.svg.png

Le Bab-el-Mandeb au Sud de la mer Rouge (source wikipédia)

 

Editions JC Lattes, 2009, 250 p.

defi Afrika Choupynette-copie-1Je participe au défi Afrika organisé par Choupynette

Partager cet article

Repost 0

commentaires

denis 26/03/2011 20:17


j'ai lu et présenté ce livre il y a plusieurs mois
j'avais aimé mais cela reste un livre pour moi pour lequel on reste sur sa faim
http://bonheurdelire.over-blog.com/article-passage-des-larmes-abdourahman-a-waberi-37185889.html


Bénédicte 26/03/2011 20:33



je vais aller voir ta critique



Alex-Mot-à-Mots 22/03/2011 16:26


Sitôt dit, sitôt jetée dans ce challenge....


Bénédicte 22/03/2011 18:43



et pour longtemps : j'ai acheter plusieurs ouvrages que je compte bien partager



Aifelle 21/03/2011 12:50


Une lecture qui a l'air assez dense. Je le note, même si ce ne sera pas pour tout de suite.


Bénédicte 22/03/2011 18:44



c'est une lecture agréable même si elle n'est pas toujours facile



Présentation

  • : Le blog de Bénédicte
  • Le blog de Bénédicte
  • : Principalement des lectures, de la littérature, des poèmes mais aussi des recettes testées en famille, des récits de voyages, des visites de musées, des spectacles...
  • Contact

Des liens utiles

babelio.GIF

partage-lecture.png

logobob01.jpg

Dicoblog.gif

ulike-logo.jpg

07 chronique de la rentree litteraire

logo livraddict

 

Recherche

Prochainement

tolstoi.gif

Les challenges

AnneeRussie2011

Une année en Russie - édition 2011

 

challenge-Jules-Verne

Challenge Jules Verne

juste2

Challenge juste pour lire

demois10

Les demoiselles de Lettres

defi_Afrika_Choupynette-copie-1.jpg

Le défi Afrika

Matildacopie1-copie-1

Le Matilda's contest

Challenge-anglais

God save the livre

Defi-Emile-Zola

On a une relation comme ça Emile Zola et moi

le-jeudi-c-est-citation.gif

Le jeudi c'est citation organisé par Chiffonnette

objectif-pal.jpg

objectif PAL le retour organisé par Antigone

challenge litterature belge

Le challenge belge organisé par Réka

logo-enluminure--copie-2.jpg

Le challenge Biographie organisé par Alinéa

Visiteurs

Locations of visitors to this page

Wikio - Top des blogs - Multithématique