Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 08:15

Nagasaki.jpgRésumé de l'éditeur

Tout commence par des disparitions, des déplacements d'objets. Shimura-san vit seul dans une maison silencieuse qui fait face aux chantiers navals de Nagasaki. Cet homme ordinaire rejoint chaque matin la station météorologique de la ville en maudissant le chant des cigales, déjeune seul et rentre tôt dans une retraite qui n'a pas d'odeur, sauf celle de l'ordre et de la mesure. Depuis quelque temps déjà, il répertorie scrupuleusement les niveaux et les quantités de nourriture stockée dans chaque placard de sa cuisine. Car dans ce monde contre lequel l'imprévu ne pouvait rien, un bouleversement s'est produit. «Comme je l'apprendrais plus tard lorsqu'un inspecteur me rappellerait, les agents avaient trouvé porte close chez moi. Aucune fenêtre ouverte, ce qui les avait étonnés. Après avoir forcé la serrure, ils avaient été plus intrigués encore de ne mettre la main sur personne à l'intérieur. Or tout était bien fermé. Croyant à une farce, ils avaient failli repartir tout de suite. L'auteur de cette plaisanterie l'aurait payé cher, monsieur Shimura, me ferait-il remarquer. Par acquit de conscience, toutefois, ils avaient fouillé chaque pièce. C'est dans la dernière, la chambre aux tatamis...»

 

En quelques mots

Shimura-san est un météorologue de 56 ans célibataire, domicilié à la lisière de Nagasaki. Un jour, en rentrant chez lui plus tôt que d'habitude, il s'aperçoit que quelqu'un s'est servi dans son frigo. Depuis plusieurs semaines, il remarque que des objets sont déplacés. Il n'en dort plus et décide d'installer une webcam chez lui avant de se rendre à son travail. Il entrevoit une femme qui traverse la pièce. Lorsqu'il rentre chez lui, la serrure n'a pas l'air fracturée. Il s'entretient avec Ota, sa voisine qui n'a rien remarqué d'anormal chez lui si ce n'est une silhouette féminine, le mois précédent. Le lendemain, lorsque l'ombre de la femme apparait sur l'écran de son ordinateur, il appelle la police. Elle est retrouvée pétrifiée, blottie dans la pénombre du placard à futons. La clandestine est une chômeuse de longue durée en fin de droits, qui vit chez lui à son insu depuis près d'un an. Au tribunal, elle risque trois ans ferme et 500.000 yens d'amende. Elle écope  finalement de cinq mois sans amende. Mais Shimura-san ne se sent plus chez lui et vend son appartement. Elle décide alors de lui écrire. On découvre ainsi les raisons de sa présence, comment elle est entrée et a vécu durant presqu'une année dans la clandestinité.

 

Ce roman est très court. Le style est sobre et concis. L'histoire est inspirée d'un fait divers japonais.  Elle traite de l'intrusion et de la dépossession de chez soi, du sentiment de violation, beaucoup plus fort dans ce roman que le préjudice réellement subi, du traumatisme qui en résulte. Ces deux êtres solitaires ne se rencontrent pas vraiment. Au procès, ils ne se regardent pas.  Pourtant, elle connait tout de lui, son régime alimentaire, ses habitudes, la marque de ses sous-vêtements et sans le vouloir, elle le perturbe profondément. C'est une histoire singulière. Le narrateur qui pendant presqu'un an ne s'est rendu compte de rien, change au cours du roman. Shimura-san cède la parole à la clandestine.

 

C'est un très bon moment de lecture, agréable et surprenant. Ce roman a reçu le grand prix du roman de l'Académie française et  figure dans la sélection du prix Wepler. Ce jury rendra son verdict le 22 novembre. 

 

Extrait : "Dans la cuisine, aussi, je devais redoubler d'attention jusqu'à tourner en bourrique. Le plus souvent pour manger, j'allais me servir dans les poubelles à l'arrière d'un libre-service du quartier, ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre, qui m'entretenait sans le savoir en jetant des produits à peine périmés. Les jours de pluie torrentielle, ou lorsque je ne me sentait pas bien, je puisais un peu dans les stocks de mon hôte, me contentant de riz ou de pâtes. Je ne prenais rien dont il aurait pu remarquer la présence. Presque rien. Exceptionnellement, je succombais à la tentation d'un yaourt ou d'un peu de jus de fruits. C'est tout. Avec le temps, j'ai fini par me ranger à ses goûts, par les apprécier même."

 

Editions Stock, 2010, 108 p.


Partager cet article

Repost 0
Published by Bénédicte - dans Littérature française
commenter cet article

commentaires

alinea 13/12/2010 17:42


j'ai bien aimé aussi.


alinea 06/11/2010 08:39


je viens d'en finir la lecture. et j'ai aimé aussi ce roman, son écriture.


Bénédicte 06/11/2010 10:43



j'irai voir ton article



dominique 01/11/2010 12:01


Le sujet me plaît beaucoup... je ne connais pas l'auteur... j'espère le trouver en bibliothèque.


Bénédicte 06/11/2010 10:25



c'est un livre récent il est sorti en septembre Mais parfois certaines bibliothèques sont très à la page



Géraldine 27/10/2010 22:02


C'est marrant, ma bibliothécaire me l'a montré et m'en a parlé hier, elle en entamé juste la lecure et a donc fait que ce livre figure depuis hier sur ma LAL.


Bénédicte 27/10/2010 23:52



il est très facile et rapide à lire



Enitram 25/10/2010 18:59


Une histoire bien singulière, un an sans s'en apercevoir??
Bizarre!


Bénédicte 25/10/2010 23:42



c'est ce qui fait l'intérêt de cette histoire surprenante et réelle



Présentation

  • : Le blog de Bénédicte
  • Le blog de Bénédicte
  • : Principalement des lectures, de la littérature, des poèmes mais aussi des recettes testées en famille, des récits de voyages, des visites de musées, des spectacles...
  • Contact

Des liens utiles

babelio.GIF

partage-lecture.png

logobob01.jpg

Dicoblog.gif

ulike-logo.jpg

07 chronique de la rentree litteraire

logo livraddict

 

Recherche

Prochainement

tolstoi.gif

Les challenges

AnneeRussie2011

Une année en Russie - édition 2011

 

challenge-Jules-Verne

Challenge Jules Verne

juste2

Challenge juste pour lire

demois10

Les demoiselles de Lettres

defi_Afrika_Choupynette-copie-1.jpg

Le défi Afrika

Matildacopie1-copie-1

Le Matilda's contest

Challenge-anglais

God save the livre

Defi-Emile-Zola

On a une relation comme ça Emile Zola et moi

le-jeudi-c-est-citation.gif

Le jeudi c'est citation organisé par Chiffonnette

objectif-pal.jpg

objectif PAL le retour organisé par Antigone

challenge litterature belge

Le challenge belge organisé par Réka

logo-enluminure--copie-2.jpg

Le challenge Biographie organisé par Alinéa

Visiteurs

Locations of visitors to this page

Wikio - Top des blogs - Multithématique