Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 08:16

 

Milan-Kundera.jpg"La mémoire, elle non plus, n’est pas compréhensible sans une approche mathématique. La donnée fondamentale, c’est le rapport numérique entre le temps de la vie vécue et le temps de la vie stockée dans la mémoire. On n’a jamais essayé de calculer ce rapport et il n’existe d’ailleurs aucun moyen technique de le faire ; pourtant, sans grand risque de me tromper, je peux supposer que la mémoire ne garde qu’un millionième, bref, une parcelle tout à fait infime de la vie vécue. Cela aussi fait partie de l’essence de l’homme. Si quelqu’un pouvait détenir dans sa mémoire tout ce qu’il a vécu, s’il pouvait à n’importe quel moment évoquer n’importe quel fragment de son passé, il n’aurait rien à voir avec les humains : ni ses amours, ni ses amitiés, ni ses colères, ni sa faculté de pardonner ou de se venger ne ressembleraient aux nôtres.

On n’en finira jamais de critiquer ceux qui déforment le passé, le réécrivent, le falsifient, qui amplifient l’importance d’un événement, en taisent un autre ; ces critiques sont justes (elles ne peuvent pas ne pas l’être) mais elles n’ont pas grande importance si une critique plus élémentaire ne les précède : la critique de la mémoire humaine en tant que telle. Car que peut-elle vraiment, la pauvre ? Elle n’est capable de retenir du passé qu’une misérable petite parcellette sans que personne ne sache pourquoi justement celle-ci et non pas une autre, ce choix, chez chacun de nous, se faisant mystérieusement, hors de notre volonté et de nos intérêts. On ne comprendra rien à la vie humaine si on persiste à escamoter la première de toutes les évidences : une réalité telle qu’elle était quand elle était n’est plus ; sa restitution est impossible.

 

Même les archives les plus abondantes n’y peuvent rien. Considérons le vieux journal de Josef comme une pièce d’archive conservant les notes du témoin authentique d’un passé ; les notes parlent des événements que leur auteur n’a pas de raisons de nier mais que sa mémoire ne peut confirmer non plus. De tout ce que le journal raconte, un seul détail a allumé un souvenir net et, certainement, précis : il s’est vu sur un chemin de forêt racontant à une lycéenne le mensonge de son déménagement à Prague ; cette petite scène, plus exactement cette ombre de scène (car il ne se rappelle que le sens général de son propos et le fait d’avoir menti), est la seule parcelle de vie qui, ensommeillée, est restée stockée dans sa mémoire. Mais elle est isolée de ce qui l’a précédée et de ce qui l’a suivie : par quel propos, par quel acte la lycéenne l’a-t-elle incité à inventer ce bobard ? Et que s’est-il passé les jours suivants ? Combien de temps a-t-il persisté dans sa tromperie ? Et comment s’en est-il sorti ?

 

Voudrait-il raconter ce souvenir comme une petite anecdote qui ait un sens, il serait obligé de l’insérer dans une suite causale d’autres événements, d’autres actes et d’autres paroles ; et puisqu’il les a oubliés, il ne lui resterait qu’à les inventer ; non pas pour tricher, mais pour rendre le souvenir intelligible ; ce que d’ailleurs il a fait spontanément pour lui-même quand il était encore penché sur les lignes du journal :

 

Le morveux était désespéré de ne trouver dans l’amour de sa lycéenne aucune marque d’extase ; quand il lui touchait la croupe, elle lui enlevait la main : pour la punir, il lui dit qu’il allait déménager à Prague ; chagrinée, elle se laissa peloter et déclara qu’elle comprenait les poètes qui jusqu’à la mort restaient fidèles ; tout se passa donc pour son plus grand bonheur, sauf qu’après une semaine ou deux la fille déduisit du déménagement programmé de son ami qu’il lui fallait le remplacer à temps par un autre ; elle se mit à le chercher, le morveux le devina et ne put dompter sa jalousie ; sous le prétexte d’un séjour à la montagne où elle devait se rendre sans lui, il lui fit une scène d’hystérie ; il se ridiculisa ; elle le lâcha.


Quoiqu’il ait voulu être au plus proche de la vérité, Josef ne pouvait pas prétendre que son anecdote était identique à ce qu’il avait vraiment vécu ; il savait que ce n’était que du vraisemblable plaqué sur de l’oublié.

J’imagine l’émotion de deux êtres qui se revoient après des années. Jadis, ils se sont fréquentés et pensent donc être liés par la même expérience, par les mêmes souvenirs. Les mêmes souvenirs ? C’est là que le malentendu commence : ils n’ont pas les mêmes souvenirs ; tous deux gardent de leurs rencontres deux ou trois petites situations, mais chacun a les siennes : les souvenirs ne se ressemblent pas ; ne se recoupent pas ; et même quantitativement, ils ne sont pas comparables : l’un se souvient de l’autre plus que celui-ci ne se souvient de lui ; d’abord parce que la capacité de la mémoire diffère d’un individu à l’autre (ce qui serait encore une explication acceptable pour chacun d’eux) mais aussi (et cela est plus pénible à admettre) parce qu’ils n’ont pas, l’un pour l’autre, la même importance. Quand Irena vit Josef à l’aéroport, elle se rappelait chaque détail de leur aventure passée ; Josef ne se rappelait rien. Dès la première seconde, leur rencontre reposait sur une inégalité injuste et révoltante.


Si deux êtres vivent dans le même appartement, se voient tous les jours et, en plus s’aiment, leurs conversations quotidiennes accordent leurs deux mémoires, : par consentement tacite et inconscient, ils lâchent dans l’oubli de vastes zones de leur vie et parlent et reparlent des quelques mêmes événements dont ils tissent le même récit qui, telle une brise dans les ramures, murmure au-dessus de leurs têtes et leur rappelle constamment qu’ils ont vécu ensemble."

 

 

 

L'ignorance, Milan Kundera, 1ère parution : 2000 . Extrait : La mémoire...

 

 

 

  le jeudi c'est citation-copie-1

Une idée originale de Chiffonnette


Partager cet article

Repost 0
Published by Bénédicte - dans citations
commenter cet article

commentaires

alain 13/08/2011 17:39


Très beau texte de Kundera qu'il faudrait que je relise


Bénédicte 13/08/2011 20:43



il est paru en 2005 je ne l'ai pas encore lu en entier Bonne soirée Alain



Présentation

  • : Le blog de Bénédicte
  • Le blog de Bénédicte
  • : Principalement des lectures, de la littérature, des poèmes mais aussi des recettes testées en famille, des récits de voyages, des visites de musées, des spectacles...
  • Contact

Des liens utiles

babelio.GIF

partage-lecture.png

logobob01.jpg

Dicoblog.gif

ulike-logo.jpg

07 chronique de la rentree litteraire

logo livraddict

 

Recherche

Prochainement

tolstoi.gif

Les challenges

AnneeRussie2011

Une année en Russie - édition 2011

 

challenge-Jules-Verne

Challenge Jules Verne

juste2

Challenge juste pour lire

demois10

Les demoiselles de Lettres

defi_Afrika_Choupynette-copie-1.jpg

Le défi Afrika

Matildacopie1-copie-1

Le Matilda's contest

Challenge-anglais

God save the livre

Defi-Emile-Zola

On a une relation comme ça Emile Zola et moi

le-jeudi-c-est-citation.gif

Le jeudi c'est citation organisé par Chiffonnette

objectif-pal.jpg

objectif PAL le retour organisé par Antigone

challenge litterature belge

Le challenge belge organisé par Réka

logo-enluminure--copie-2.jpg

Le challenge Biographie organisé par Alinéa

Visiteurs

Locations of visitors to this page

Wikio - Top des blogs - Multithématique