Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 22:10

les grandes viesRésumé de l'éditeur      


 

Grand manipulateur, figure trouble, Joseph Fouché (1759-1820) fut l'un des individus les plus riches et les plus mystérieux de son époque. Homme puissant aux multiples visages, il sert tour à tour une idéologie puis son contraire. face à ce parcours obscur, c'est toute une réflexion sur l'essence de la politique qui se dessine. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En quelques mots .

Fouché est une biographie de Stefan Zweig, parue en 1930. Sans être un document historique, - on sait avec quelle suspicion l'Histoire regarde ce genre - elle se situe au carrefour de l'Histoire, de la littérature, de la psychologie. Remarquablement documentée, cette biographie rend compte du personnage de Fouché de manière érudite et globale. On sent dans ce texte l'influence de la psychanalyse. C'est un texte rigoureux, sophistiqué et  dont l'écriture  efficace nous entraîne à la découverte de ce personnage froid et sans passion, multi millionnaire, amoral et redoutable.


 


 

 

A 20 ans, Joseph Fouché né à Nantes le 31 mai 1759, porte l'habit écclésiastique et la tonsure. Il partage la vie monacale des Oratoriens mais ne prononce pas de voeux. Il enseigne et apprend la technique du silence, l'art de la dissimulation, la maîtrise dans l'observation et la connaissance des âmes, la discipline et la domination de soi-même, ces instruments psychologiques qui seront caractéristiques de son comportement par la suite. A partir de 1778, il s'interesse aux grands débats sur les droits de l'Homme et aux sciences. Il entre en relation avec les milieux intellectuels et rencontre Maximilien de Robespierre, avocat ambitieux. Il quitte la soutane et fait des discours politiques ; il devient président des "Amis de la Constitution" à Nantes. Il épouse la fille d'un riche marchand et se présente aux élections à la Convention. En 1792, il est élu député. Il a 33 ans.





   

 

Stefan Zweig analyse les forces politiques en présence. Après la conquête de la Constitution, les bourgeois défendent les résultats acquis derrière Condorcet, Roland et les Girondins modérés, représentants des intellectuels et de la classe moyenne. Ceux de la "Montagne" veulent pousser plus loin la vague révolutionnaire,  renverser l'argent et la divinité derrière Marat, Danton et Robespierre, chefs du prolétariat.    Joseph Fouché prend parti auprès des Girondins modérés. Il refuse tout pouvoir public et acquiert dans l'ombre l'intelligence des choses et de l'influence sur les évenements. Le 16 janvier 1793, la Convention se prononce sur la vie ou la mort de Louis XVI. Sous l'influence de la pression des émeutes populaires, Fouché vote la mort. Puis il fait volte face. Se plaçant toujours du côté du vainqueur, il se rallie aux révolutionnaires et, au mépris des hommes, dépose de violentes motions contre les émigrés et les prêtres. La Convention, pour accélérer le rythme de la Révolution en province, choisit en son sein vingt députés chargés de représenter sa volonté. Fouché établit un programme socialiste révolutionnaire et lutte dans le département de la Loire inférieure contre les plus fortes puissances de la France, la propriété privée et l'Eglise.  Il supprime le célibat, ordonne aux prêtres de se marier ou d'adopter un enfant, il prononce des sermons athées et abolit les cérémonies chrétiennes des enterrements. Il introduit le baptême civil. Il envoie à Paris le produit de ses pillages d'églises.


       

A ce moment, la révolte de Lyon exige un homme résolu. Dans cette capitale industrielle de la France, le contraste social est tranchant. Les ouvriers forment une masse prolétarienne opposée à l'esprit royaliste et capitaliste des industriels. Chalier qui représente les Jacobins, la masse des ouvriers et des sans-travail, est exécuté de la manière la plus cruelle. Une proposition de la Convention vise à détruire la ville pour donner aux autres un avertissement. Couthon, partisan de la clémence est remplacé par Callot d'Herbois et Joseph Fouché qui n'a sur la conscience aucune exécution politique.  A Lyon, il pratique en série le massacre  par la mitraille par peur de déplaire comme modéré. Chalier est honoré comme un martyr de la liberté dont le supplice doit être vengé. Joseph Fouché organise une cérémonie blasphématoire. Un tribunal révolutionnaire est crée. Après les massacres, les cadavres précipités dans le Rhône sont un témoignage de l'implacable vengeance républicaine. Il procède à six cents exécutions en quelques semaines. Les familles habitant les maisons destinées à la destruction sont expulsées. Les plus beaux palais sont détruits, les maisons sont rançonnées, les prisons sont vidées par des exécutions. Puis pour rester du côté de la majorité, il ordonne d'arrêter les mitraillades.

 

A Paris, Robespierre ne lui pardonne pas d'avoir supplanté son homme de confiance, Couthon. Le 8 avril 1794  Fouché se rend à la Convention. Robespierre s'est débarrassé d'une centaine de ses adversaires de droite et plus personne n'ose s'élever contre sa volonté sauf Joseph Fouché qui justifie sa conduite à Lyon. Toutes les autorités sont soumises à Robespierre, l'armée, la police, le tribunal, les comités, la Convention, les Jacobins.  Joseph Fouché est quant à lui élu président du Club des Jacobins, à la surprise générale et surtout de Robespierre qui fera tout pour l'en chasser. Exclu et menacé de guillotine, il conspire dans l'ombre. Obligé de se cacher, il est éloigné de sa femme et de sa fille qui meurt alors. Robespierre est finalement mis hors la loi et conduit en prison avant d'être guillotiné. Les exécutions sont devenues impopulaires et Fouché reste fidèle à la gauche. Trop prudent pour tenir dans les faubourgs des discours révolutionnaires et enflammés, il se cache derrière François Babeuf, qu'il encourage à exciter le peuple.  Mais ce dernier est arrêté et fusillé. Joseph Fouché est accusé de terrorisme. Il parvient à sauver sa vie au cours d'une riposte.

 

Exilé pendant trois ans, il vit dans la misère. Il est espion pour le compte de Barras, puis devient l'intime des banquiers républicains. Barras est devenu le maître absolu du Conseil des cinq et du Directoire renouvelé. Fouché est envoyé en Italie puis dans la République Batave afin d'y mener des négociations secrètes. En 1799, il est nommé Ministre de la Police. Il combat l'anarchie, restreint la liberté de la presse. Il parvient à contrôler la rue, les autres ministres, le Directoire, les généraux, toute la politique. Il aide la femme de Bonaparte, Joséphine Beauharnais qui l'informe en retour des manoeuvres de son époux. Silencieux lors de la conspiration de Bonaparte, il devient son parfait serviteur. Il rétablit dans le pays une paix complète et évince Barras. Après l'attentat perpétré contre lui le 24 décembre 1880, Bonaparte lui reproche tous les assassinats des Jacobins et reste sourd à toute intervention de Joséphine en faveur de Fouché. Lorsque Bonaparte est choisi pour souverain à vie, la famille Bonaparte souhaite évincer Fouché dont la fonction est supprimée.


 

 

En 1802, il se retire à Ferrières et étend ses biens fonciers. En 1804, il est rappelé auprès de Bonaparte qui souhaite devenir empereur. Le climat entre eux n'est pas amical. Fouché connait tout de l'empereur, contrôle sa fortune particulière, ce qui lui confère une puissance unique. Une resistance secrète contre la passion meurtrière et le manque de mesure de Napoléon rapproche Fouché et Talleyrand, rivaux jusqu'alors. Lorsque Napoléon entre en lutte avec l'Espagne en 1808, les deux ministres désapprouvent cette guerre publiquement. Talleyrand est alors destitué de sa dignité de chambellan. Mais Fouché reste. Pendant la guerre contre l'Autriche en 1809, il repousse les anglais dans l'île de Walcheren et mobilise les hommes au nom de l'empereur qui ne sait rien de toutes ces mesures. Il nomme Bernadotte commandant en chef de l'armée qu'il improvise ainsi. Le 15 aôut 1809, Napoléon l'anoblit et l'autorise à s'appeler le duc d'Otrante.

 

 

L'Angleterre est l'ennemi héréditaire de la France. Napoléon rompt les négociations de paix ouvertes par la voie de la Hollande ce qui ne convient pas à Fouché qui poursuit les négociations dans l'ombre au nom de l'empereur. Il est alors renvoyé et remplacé par Savary. Avant de partir, il saccage les archives puis envisage de rejoindre son poste d'ambassadeur à Rome. Mais il est congédié et banni et reste trois ans sans emploi.

 

  L'empereur est au sommet de sa puissance et prépare la guerre contre la Russie. Fouché perd sa femme tant aimée. Pendant la campagne, l'empereur cherche à éloigner Fouché de Paris et lui confie l'administration des territoires occupés en Prusse. Il perd l'Illyrie, cet Etat sans unité et se rend à Naples puis retourne en France. Le roi Louis XVIII le sollicite en vain et il est arreté comme suspect parce qu'il refuse de devenir ministre du roi. Il échappe aux policiers juste avant le retour de l'empereur.

 

 

Le 19 mars 1815, Napoléon revenu de l'île d'Elbe fait fuir le roi. Fouché redevient ministre de la Police. Autour de Napoléon le vide se fait. Durant la période des Cent Jours qui séparent le rétablissement de la chute de l'Empire, Fouché domine les évenements. Après la défaite de Waterloo, il se rapproche du duc de Wellington. L'empereur réclame la dictature. La Fayette poussé par Fouché demande l'abdication de Napoléon. Fouché propose alors d'élire un gouvernement provisoire dont il est le président. A 56 ans, il est au sommet de la puissance. Il négocie le retour au pouvoir de Louis XVIII qui consent à le prendre comme ministre dans le nouveau gouvernement royal. Le 28 juillet 1815, le roi Louis XVIII rentre à Paris. Les royalistes exigent de proscrire tous ceux qui pendant les Cent jours ont suivi Napoléon. A contre coeur, Fouché établit une liste de noms dont Carnot, le Maréchal Ney, les camarades de Fouché au gouvernement provisoire qu'il envoie à la mort ou en exil. Il épouse religieusement une comtesse de Castellane. Mais la duchesse d'Angoulême, fille de Louis XVI et de Marie Antoinette ne peut pardonner ces années de souffrance. Fouché, meurtier de son père est renvoyé et nommé ambassadeur à la cour de Dresde. La haine de tous les partis finit par se porter sur lui. Il se réfugie à Linz puis à Trieste. Avant de mourir en paix, il détruit tous les papiers compromettant qui auraient pu mettre ses anciens ennemis en danger et meurt  le 26 décembre 1820.



 

Outre le rappel des évènements historiques et des mouvements sociaux et politiques qui déterminent l'action de Joseph Fouché, Stefan Zweig fait un portrait psychologique de ce personnage à sang froid, intrigant inné, dieu des métamorphoses, traître consommé se plaçant toujours du côté du vainqueur, cynique audacieux et souvent dissimulé au sein des évènements, à l'intérieur des partis.

 

C'est un texte fulgurant. Les accélérations dans le récit lui confère une facilité de lecture extrêmement agréable et efficace. Zweig ponctue son texte d'exclamations, d'interrogations qui passionnent le récit et le rendent passionnant. Il n'y a aucune longueur. C'est un texte léger et très vivant, qui transporte le lecteur sans jamais le perdre dans cette période trouble de l'après-Révolution, de manière riche et précise. Cette biographie est très instructive sans jamais être ennuyeuse. Elle ne s'appesantit pas.


 



E

ditions



 

Grasset, 

    2009,

1242 p. 


 

challenge-histoire-copie-1.png.Je participe au challenge histoire organisé par Jelydragon



Partager cet article

Repost 0

commentaires

El Jc 22/05/2011 12:54


Excellent billet, qui donne envie de découvrir le titre. Merci à vous.


Bénédicte 26/06/2011 12:48



Ravie de faire votre connaissance Merci de votre visite et de votre commentaire



Nanne 30/04/2011 18:33


Comme toujours, et une fois de plus, les biographies écrites par Stefan Zweig sont d'une grande érudition et d'un grand intérêt ! Comme le montre très bien ton billet, Fouché était un homme
politique averti qui a su se servir de son entourage et de son sens de la psychologie pour asseoir son pouvoir ... Un livre à lire et relire pour bien comprendre les comportements ambigus de chacun
avec la notion de pouvoir.


Bénédicte 30/04/2011 19:08



Bonjour Nanne. Erudition, c'est je crois le terme qui définit le mieux ce livre



Stemilou 24/04/2011 09:02


Je ne connaissais pas du tout celui-ci. Encore un titre à lire mais ce n'est pas pour me déplaire Zweig est un Grand!


Bénédicte 29/04/2011 16:25



cette biographie est vraiment agréable à lire Moi non plus je ne me lasse pas



jelydragon 22/04/2011 23:04


Bienvenu dans le challenge histoire, j'ajoute ton billet tout de suite :)


Bénédicte 29/04/2011 16:19



Merci je suis ravie de vous rejoindre



Dominique 21/04/2011 10:17


Zweig c'est vraiment un must en matière de biographie, j'ai surtout lu des bio de philosophe : Nietzsche, Erasme et d'écrivains et toujours avec plaisir et intérêt


Bénédicte 21/04/2011 11:45



je lirai prochainement Marie Antoinette puis les autres biographies que contient ce recueil, Magellan, Marie Stuart



Présentation

  • : Le blog de Bénédicte
  • Le blog de Bénédicte
  • : Principalement des lectures, de la littérature, des poèmes mais aussi des recettes testées en famille, des récits de voyages, des visites de musées, des spectacles...
  • Contact

Des liens utiles

babelio.GIF

partage-lecture.png

logobob01.jpg

Dicoblog.gif

ulike-logo.jpg

07 chronique de la rentree litteraire

logo livraddict

 

Recherche

Prochainement

tolstoi.gif

Les challenges

AnneeRussie2011

Une année en Russie - édition 2011

 

challenge-Jules-Verne

Challenge Jules Verne

juste2

Challenge juste pour lire

demois10

Les demoiselles de Lettres

defi_Afrika_Choupynette-copie-1.jpg

Le défi Afrika

Matildacopie1-copie-1

Le Matilda's contest

Challenge-anglais

God save the livre

Defi-Emile-Zola

On a une relation comme ça Emile Zola et moi

le-jeudi-c-est-citation.gif

Le jeudi c'est citation organisé par Chiffonnette

objectif-pal.jpg

objectif PAL le retour organisé par Antigone

challenge litterature belge

Le challenge belge organisé par Réka

logo-enluminure--copie-2.jpg

Le challenge Biographie organisé par Alinéa

Visiteurs

Locations of visitors to this page

Wikio - Top des blogs - Multithématique